Grand Paris Urbanisme

Les contrats de développement territorial changent de nature

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Le compteur devrait s’arrêter à 13. Treize contrats de développement territorial (CDT) signés sur les 21 qui ont fait l’objet de négociations. Le préfet de région, Jean-François Carenco, a récemment déclaré que « les CDT n’existaient plus en tant que documents d’actions mais désormais en tant que documents d’études et qu’ils allaient être remis aux nouveaux établissements publics territoriaux (EPT) », à savoir les onze territoires (hors Paris) qui composent la Métropole du Grand Paris.

Manque de moyens.

Ces contrats, conclus entre les collectivités locales et l’Etat, avaient été créés pour accompagner les développements urbains autour des futures gares du Grand Paris Express. Aux yeux du représentant de l’Etat, ils présentent « le défaut de ne pas prévoir les moyens de faire », c’est-à-dire les financements de toutes les actions envisagées en matière de logement, d’urbanisme, de développement économique, d’accompagnement social… La réforme institutionnelle est par ailleurs venue compliquer le processus : la plupart des CDT ont été élaborés avant la création de la Métropole du Grand Paris et donc sur des périmètres qui ne correspondent pas à ceux des EPT. Enfin, ajoute Jean-François Carenco, « nous disposons désormais de nouveaux outils comme les Contrats d’intérêt national ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X