Conception BÂLE (Suisse)

Les cimetières renaissent en parcs

Mots clés : Établissements de culte, funéraire - Funéraire

Le plus grand parc de Bâle garde la mémoire de son ancienne vocation de cimetière. Face à la pression démographique et aux contraintes géographiques, la raréfaction de la ressource foncière a dicté cette métamorphose qui a fait école, grâce à l’évolution des pratiques funéraires.

À Bâle, le plus grand espace vert du centre-ville – le parc Kannenfeld – résulte du réaménagement du cimetière principal de la commune, au milieu des années 1950. Le projet s’est appuyé sur le maintien des grandes allées principales du cimetière, d’une part pour conserver la mémoire paysagère et cultuelle du site, et d’autre part pour assurer la conservation du plus grand nombre d’arbres déjà présents.

Cheminements sinueux

Passionné de botanique et d’arbres, le jardinier en chef de l’époque, Richard Arioli, a conçu le projet de reconversion et porté cette directive. Grâce à lui, le parc abrite aujourd’hui encore un patrimoine arboré riche de près de 800 arbres – un véritable arboretum -, avec notamment des bosquets de chênes et de frênes, une collection de noyers, des magnolias et des cerisiers du Japon. L’effacement des allées secondaires a permis de créer de nouveaux cheminements sinueux, plus adaptés aux nouveaux usages récréatifs des lieux. Les arbres et les arbustes qui avaient pu être plantés à titre privé ont fait l’objet d’une sélection pour conserver quelques conifères emblématiques des cimetières comme des ifs et remplacer le reste par de vastes espaces engazonnés propices à la détente....

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 403 du 16/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X