Régions Bourgogne-Franche-Comté

Les cœurs de village vont essaimer en ville

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Béton

139 000 Nombre prévu de nouveaux habitants en 2050 en Bourgogne-Franche-Comté, soit + 0,13 % par an. Insee

135 M€ Financement de la CDC au bailleur alsacien Domial pour la construction et la rénovation de logements.

+ 5,8 % Hausse sur un an de la production de béton prêt à l’emploi dans le Grand Est au premier trimestre 2017. Cerc Grand Est

Des champs à la ville : la politique de soutien à la réhabilitation des cœurs de communes change de dimension en Bourgogne-Franche-Comté. A la fin juin, le conseil régional a voté une nouvelle génération d’aides. Doté de 5 millions d’euros par an, ce dispositif va désormais s’actionner à l’échelle de bassins de vie, alors qu’il était réservé auparavant aux bourgs-centres et aux villages de moins de 3 500 habitants. En supprimant ce plafond, les soutiens profiteront aux communes de toutes tailles, y compris les grandes villes, à condition que leurs projets prévoient la création de logements locatifs – fil conducteur du dispositif depuis toujours – et qu’ils ne prennent pas la place de commerces, services et activités économiques dans les zones où ceux-ci sont déficitaires.

Réflexion de long terme. Illustration de ce changement de braquet, le dispositif est rebaptisé, pour l’instant, « Habitat et Aménagement » en remplacement de l’appellation d’origine « Cœurs de villages » choisie en 1999 du temps de la région Bourgogne. Sous ce nom, il a incité de nombreuses communes rurales à se lancer dans une réflexion de long terme sur leur développement.

C’est le cas de Chambœuf, en Côte-d’Or (364 habitants), où « la mise en vente d’une ferme à côté de l’école et le regroupement pédagogique à l’échelle de six communes ont déclenché un projet global d’aménagement à partir de 2012 », raconte le maire, Jean-Marc Brochot. Dans un premier temps, l’agrandissement de l’école avec création d’un restaurant scolaire et la construction de quatre logements dans l’ancienne ferme ont justifié l’installation d’une chaufferie collective au bois. Récemment réalisée par JDM Paysagistes pour 115 000 euros, la place des Tilleuls devient, quant à elle, un espace central aux usages multiples : arrêt des bus scolaires, zone de repos et de promenade jalonnée de végétaux. Un cheminement piéton relie les différents équipements jusqu’à une prochaine extension. En effet, la révision du PLU va permettre la réalisation d’une dernière phase : un lotissement d’une quinzaine de maisons d’ici à 2025.

Le projet de Chambœuf a été accompagné par le Caue de Côte-d’Or, tout comme celui de Reulle-Vergy. Ce village de 134 habitants a basé son développement sur la mixité sociale. Sur les neuf parcelles du lotissement communal lancé en 2008, cinq ont été réservées aux primo-accédants et deux à du locatif social. Le nouveau site opère la connexion entre le centre et le terrain de loisirs situé sur les hauteurs. Afin de limiter l’impact du bâti sur le coteau, des règles de construction sont définies selon l’emplacement des maisons, en haut ou en bas de la rue.

Nommé architecte coordinateur, Atelier Calc a élaboré un schéma d’aménagement qui limite l’empreinte environnementale en prévoyant des réseaux en tranchée unique facilement réouvrable. Le document instaure aussi un stationnement sur gazon et des éclairages par leds, en attendant l’installation de panneaux photovoltaïques sur les abris à voitures.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X