Ca fait debat

Les artisans veulent desserrer l’étau des prix

Mots clés : Artisanat

Les cours des matières premières remontent, alors que les prix pratiqués restent faibles. Les entreprises tentent de faire face.

Pour le bâtiment, l’avenir est une équation à plusieurs inconnues, dont l’une concerne les hausses tarifaires qui n’ont pas pu être anticipées, comme sur l’acier, le fer ou les billes de polystyrène. » Directeur de région du distributeur Union-Matériaux, Laurent Rouquet-Bousquet pointe du doigt l’avancée de ces adversaires redoutables que sont les hausses des coûts des matériaux ou des métaux, alors que la reprise du secteur se confirme. Quand l’évolution annuelle atteint 20,9 % pour l’aluminium, 26,2 % pour le cuivre ou 66,5 % pour le zinc, quelque chose ne tourne pas forcément rond.

Question de marges

Certes, les prix de vente de certains matériaux de construction stagnent, mais d’autres flambent, comme les produits sidérurgiques de base et ferraillages, en hausse de 15,2 % sur douze mois. Or, au même moment, les signaux d’activité semblent repasser au vert, selon la note de conjoncture de la Capeb au premier trimestre, qui prévoit une croissance de 1,5 à 2 % pour 2017. Comment les artisans peuvent-ils reconstituer leurs marges dans un environnement où les coûts des matériaux ou des matières premières sont en surchauffe ? La première solution consiste à répercuter ces hausses sur les travaux. Au premier trimestre, certains corps de métiers font évoluer leurs prix dans le secteur de l’entretien-amélioration (indice Ipea), comme la menuiserie métallique et serrurerie (+ 3 %), la plâtrerie (+ 1,7 %) ou l’électricité (+ 1,6 %). Cependant, globalement, « un effet de ciseau...

Vous lisez un article de la revue MEI n° 5922 du 19/05/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X