Ca fait debat

Les artisans pris au piège des économies budgétaires

Mots clés : Artisanat - Logement social

Les mesures annoncées dans la construction privée et le secteur social, en neuf et en rénovation, touchent déjà le bâtiment.

Entre la Stratégie Logement du gouvernement, présentée le 20 septembre, et le projet de loi de Finances (PLF) pour 2018, les acteurs du bâtiment s’interrogent sur le devenir de la reprise qui était pourtant confirmée.

Pour le secteur privé, les mauvaises nouvelles ont commencé avec l’annonce du recentrage du dispositif « Pinel », prime d’aide destinée aux investisseurs locatifs, dans les zones tendues, A, Abis et B1 pour les quatre prochaines années. Le PTZ, prêt sans intérêt destiné aux ménages modestes devenant propriétaires, est lui aussi revu, avec une période de transition en zone B2 et dans les zones C.

Déjà des opérations annulées

« Le territoire de Brest est en zone B2 pour une bonne raison, explique Thierry Fayret, vice-président de Brest Métropole et en charge de l’urbanisme. Depuis quinze ans, nous tentons de maîtriser les prix avec une politique de coûts abordables sur le logement. Cela permet aux jeunes, dont la part sur le marché de l’emploi progresse à Brest, de se loger. Sans dispositif “ Pinel ” ou PTZ durable, c’est l’offre de logements qui va subir un impact durablement, donc l’emploi ».

Ce qui a peut-être été en partie oublié, c’est que le logement privé est, depuis des années, mixé avec des opérations de logement social, ces dernières servant à boucler plus rapidement la précommercialisation nécessaire à tout projet. Or, une mesure risque de modifier les équilibres des organismes HLM, avec l’article 52 du projet de loi de Finances, qui prévoit à la fois une baisse de l’aide personnalisée au...

Vous lisez un article de la revue MEI n° 5947 du 03/11/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X