Référence

Les architectes de la Grande Guerre, inventeurs du logement de masse

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

Les guerres jouent un rôle majeur dans l’histoire architecturale d’un pays. Alors que les commémorations orchestrées par la mission Centenaire 1914-1918 battent leur plein, il paraît intéressant de revenir sur ce que la Grande Guerre a représenté pour les architectes, au-delà des destructions et du traumatisme. Ce premier épisode de « mobilisation totale » – suivant les termes utilisés par Ernst Jünger en 1930 -, a notamment entraîné une industrialisation accéléré des processus de production, qui a marqué les esprits. Certains architectes comme Félix Dumail et Marcel Lods se sont alors engagés dans la définition d’un cadre urbanistique nouveau pour le logement social : au sein de l’Office public d’habitations à bon marché du département de la Seine, ils ont largement contribué à l’invention du « grand ensemble ».

La reconstruction de l’après Première Guerre mondiale a souvent été présentée comme une occasion manquée. Cette antienne a même servi de repoussoir après la Seconde. C’est pourtant un bilan à tempérer, puisqu’au sortir de l’une et l’autre, on est parvenu à reconstruire un nombre de logements comparable en valeur relative, dans à peu près le même laps de temps. Plus généralement, les vicissitudes des chantiers de l’entre-deux-guerres tiennent au contexte économique et politique, au problème du moratoire des loyers, aux effets de la crise de 1929, etc., plutôt qu’à une défaillance des savoir-faire des entreprises et des architectes. Dans cette période ouverte cohabitent, au contraire, des procédés constructifs aussi nombreux qu’efficaces. L’élaboration des programmes modernes – logement social, équipements sportifs, sociaux et éducatifs, grande distribution, etc. – est l’objet d’un éventail de recherches d’une grande pluralité. On aura rarement inventé autant de types architecturaux. Ainsi, pour paraphraser ce que Jean-Louis Cohen écrit de la Seconde Guerre (1), on peut suggérer que la Première ne représente pas seulement quatre années de « page blanche », ni même une répétition de la suivante, mais bien, elle aussi, un temps de condensation « technologique, typologique et esthétique ». Si la Seconde Guerre coïncide avec la « victoire » et la « suprématie » de la modernité architecturale, la Premièren’est pas en reste, qui pose les conditions de diffusion du fordisme, de la préfabrication des bâtiments et dessine les contours urbanistiques de la construction de masse.

Certes, le XIXe siècle, avec le Paris d’Haussmann et les expositions universelles, avait largement plus que défricher les champs de la rapidité, de l’étendue et de la quantité, mais, spécifiquement, l’entre-deux-guerres est marqué par le perfectionnement de la répétition (2). Un des effets de la Grande Guerre réside dans l’accélération de la mise en place d’un cadre de production pour le logement collectif et dans la définition progressive du « grand ensemble ». Ce concept, apparu en juin 1935 sous la plume de Maurice Rotival dans L’Architecture d’aujourd’hui, ressortit à la tentative « d’un urbanisme contemporain : un urbanisme des habitations » (3). Son héraut est l’Office public d’habitations à bon marché du département de la Seine (OPHBMS) d’Henri Sellier, futur ministre de la Santé publique du Front populaire. Imaginé en 1913, organisé pendant la guerre, l’OPHBMS sera, avant 1939, le maître d’ouvrage de plus de 17 000 logements répartis en une vingtaine d’opérations banlieusardes.

Dans une perspective de généalogie du logement de masse français, il y a grand intérêt à suivre les parcours des architectes de l’OPHBMS pendant la Grande Guerre. Parmi la vingtaine de protagonistes concernés, seuls deux étaient trop âgés pour participer au conflit : Raphaël Loiseau (1856-1925), architecte-conseil, et Alexandre Maistrasse (1860-1951), qui s’applique dès avant l’armistice au projet de la « cité-jardins » de Suresnes, dont Sellier sera maire de 1919 à 1940. Il y livrera près de 2 500 logements. Bien que plus jeune, Maurice Payret-Dortail (1874-1929) n’est pas mobilisé et participe à la mise en place de l’Office durant la guerre, avant de travailler jusqu’à son décès prématuré à une autre grande cité-jardins, celle du Plessis-Robinson. Nés entre 1868 et 1900, les autres architectes correspondent exactement aux classes d’âge appelées au front.

Les figures de Marcel Lods et de Felix Dumail

Deux d’entre eux (4) ont laissé des archives significatives sur ces années : Félix Dumail (1883-1955), un des plus fidèles compagnons de Sellier, et Marcel Lods (1891-1978), brillant cadet entré dans un second temps à l’OPHBMS avec son associé Eugène Beaudouin (1898-1983). Dumail est diplômé de l’Atelier Bernier en 1908 et lorsqu’il est mobilisé, il figure déjà parmi les pionniers du logement social. Lods, quant à lui, est admis dans le même atelier en 1911, mais, conscrit l’année suivante, il ne quitte l’uniforme qu’une fois la guerre terminée. Il obtient son diplôme en 1923, tout en collaborant dès 1921 sur d’importantes opérations HBM avec Albert Beaudouin, architecte de la Société des logements économiques pour familles nombreuses depuis 1907. Celui-ci lui cédera son agence en 1929, ainsi qu’à son neveu Eugène.

Vers des logements sociaux en grande série

Il faut rappeler qu’à l’approche de la guerre, ce que l’on nomme le logement ouvrier se situe à un tournant : fin 1912, la loi Bonnevay a affirmé son caractère public. Elle autorise alors les collectivités locales à constituer des offices d’habitations à bon marché, domaine jusque-là réservé des sociétés anonymes et des fondations philanthropiques. Peu avant, la Ville de Paris a obtenu la possibilité de produire elle-même des logements sociaux. Si les résultats du concours qu’elle lance en 1912 sont suspendus, du fait de ses terrains petits et irrégulier ayant inspiré des propositions peu généralisables, quelques architectes se sont d’ores et déjà essayés à décliner des plans en immeubles libres et cours ouvertes. C’est le cas de Payret-Dortail, lauréat sur le site de l’avenue Émile-Zola, et du jeune groupement Dumail, Jean Hébrard et Antonin Trévelas. Au concours de 1913, ce trio peut développer ses principes à l’échelle plus favorable de vastes terrains. Il se retrouve lauréat de 600 logements rue Marcadet, avec un projet désigné dix ans plus tard comme un des plus avancés des « standards d’avant-guerre » (5). Ce deuxième concours, qui porte l’ambition...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 237 du 18/11/2014
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X