Edito

Les affaires sans les affaires

Le patron d’un géant du BTP qui mouille sa chemise pour la sécurité de ses compagnons : la scène détonne. Pourtant, c’est bien le P-DG de Bouygues Construction en personne, Philippe Bonnave, qui monte au créneau pour renforcer les règles en vigueur sur tous ses chantiers de la planète (lire p. 24) . Chez Vinci, c’est le sujet des droits de l’homme que l’on a décidé de prendre à bras-le-corps. Là encore, il s’agit de fixer des standards à l’échelle mondiale. Tâche ardue qui a abouti à un référentiel international unique.

Qu’est-ce qui pousse ces entreprises à prendre publiquement en main ces problématiques qui étaient jusqu’alors glissées sous le tapis ? Des expériences douloureuses, certainement : l’accident mortel sur le chantier Bouygues de Flamanville en 2011 ou les accusations d’ONG contre les pratiques de Vinci au Qatar ont profondément marqué les esprits. Plus que d’une simple réaction, ce mouvement témoigne d’une sincère prise de conscience des dirigeants de ces groupes. La pression médiatique n’y est pas étrangère. Les exigences de certains donneurs d’ordres non plus. Résultat : on ne construira plus comme hier. Pour le constater, il suffit d’observer les entreprises routières intégrer des ambitions environnementales dans leur R & D (lire p. 76) ou les collectivités œuvrer aux achats responsables (lire p. 88).

Il est tout compte fait possible d’agir sans mettre en péril l’équation économique.

Demandez à MM. Fillon et Ferrand : lorsque l’on est exposé, l’absence de condamnation judiciaire ne permet plus ni de se dédouaner ni de faire l’autruche. Ceux qui n’ont pas saisi ce changement d’époque en font les frais, à l’instar de LafargeHolcim, qui continue de payer les pots cassés de son activité passée sur le sol syrien. Pour ces cibles de l’opprobre public, les initiatives actuelles pour s’emparer de sujets autrefois passés sous silence opèrent un contraste particulièrement cruel. Elles indiquent qu’en matière de santé, d’environnement comme de droits humains, il est tout compte fait possible d’agir sans mettre en péril l’équation économique. Bien au contraire, ces facteurs en font désormais partie.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X