Territoires Grand Ouest

Léon Grosse prend le train de la Bretagne

Mots clés : Entreprise du BTP

A chantier extraordinaire, mesures extraordinaires. La gare de Rennes a été fermée les deux derniers week-ends de janvier pour permettre à l’entreprise Léon Grosse et à ses sous-traitants (Gagne et MCM Levage) de poser, au-dessus des voies, les cinq tronçons d’une passerelle de 67 mètres, qui assurera la liaison urbaine entre les parties nord et sud de la gare. « Pour réaliser cette opération, nous avons dû faire venir une grue Terex de 500 tonnes avec une flèche de 108 mètres », explique Thomas Drouet, directeur du projet chez Léon Grosse, qui réalise ce chantier d’environ 40 millions d’euros en entreprise générale.

Pour le groupe de BTP indépendant fondé en 1881 à Aix-les-Bains, ce chantier emblématique vient concrétiser sa volonté de s’implanter durablement dans l’ouest de la France. « En 2004, nous avons créé une agence à Nantes de toutes pièces, puis nous avons racheté l’entreprise Drouin Cattoni l’année suivante. Notre volonté est de s’implanter davantage dans la région », explique Jean-Yves Perrier, directeur régional ouest.
Aujourd’hui, la direction ouest concentre son activité dans les Pays de la Loire, où elle réalise un chiffre d’affaires d’environ 30 millions d’euros avec 110 personnes. En quelques années, Léon Grosse a su s’imposer par son savoir-faire sur des chantiers techniques, comme la délicate transformation des halles Alstom en école des beaux-arts sur l’île de Nantes (lots démolitions, fondations, gros œuvre et charpente métallique), des tours de logements en béton blanc brut pour le groupe CIF dans l’écoquartier Bottière-Chénaie, et le collège de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu où l’entreprise a mis en œuvre son système de voile de façade isolé, Isovoile.
Le pari nantais gagné, Léon Grosse mise désormais sur la Bretagne. « Le chantier de la gare de Rennes est pour nous l’occasion idéale de créer une nouvelle agence, annonce Jean-Yves Perrier. Au-delà du chantier de la gare, nous allons nous donner des moyens avec la volonté de faire partie du paysage breton du BTP. L’année 2015 a été celle de l’ouverture de la Bretagne et nous envisageons un développement rapide sur les quatre prochaines années. » Et comme pour confirmer cette détermination, Léon Grosse a décroché un autre chantier rennais symbolique : la future église de Saint-Jacques-de-la-Lande, imaginée par le célèbre architecte portugais Alvaro Siza et qui sera notamment marquée par des voiles de grandes hauteurs en béton blanc.

Reportage sur le chantier de la gare de Rennes www.lemoniteur.fr/PEMrennes

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X