Territoires Paca

Le train de la modernisation ferroviaire accélère

En 2016 en Paca, SNCF Réseau va consacrer la totalité de ses investissements (220 millions d’euros sur fonds propres) à la modernisation et à l’entretien du réseau existant. C’était déjà le cas l’an passé et il en sera de même l’an prochain, en attendant le lancement des opérations de développement inscrites au contrat de plan Etat-région (942 millions d’euros pour le ferroviaire), mais pour l’heure encore en pointillé… « La modernisation et l’entretien du réseau sont des priorités absolues, d’autant plus fortes que la région détient le plus petit linéaire de voie ferrée par habitant de France, donc très sollicité, et qu’elle possède des milliers d’ouvrages d’art, ponts et tunnels à renouveler dans les quinze ans à venir », explique Jacques Frossard, directeur territorial de SNCF Réseau.

« Ces enjeux de sécurité concernent également la suppression de passages à niveau. La région en compte 350. Seize ont été supprimés depuis 2008 et sept sont inscrits au programme de sécurisation national. Ce sont des opérations longues et complexes qui coûtent en moyenne 8 millions d’euros », poursuit le directeur territorial.

Les opérations du contrat de plan en attente.

Ces 220 millions d’euros vont se répartir entre 150 millions affectés à la modernisation des infrastructures et 70 millions consacrés à la maintenance. Parmi les principaux chantiers de 2016 figurent notamment le renouvellement de 20 km de voies entre Antibes et Nice (19 millions d’euros) et de 27,5 km entre Anthéor et Golfe-Juan (32 millions d’euros), des travaux en gare de Toulon (6 millions d’euros), sur le tunnel de la Nerthe (17 millions, en deux phases, 2016 et 2017), le remplacement du pont-rail sur le Largue à Volx (automne 2016), des rehaussements de quais et la création de passerelles en gare de Nice (25 millions). Pour assurer la pérennité de la ligne transfrontalière Vintimille-Cuneo, les études sont en cours et les travaux (voies et ouvrages d’art, 29 millions d’euros) devraient s’engager en 2017-2018. Le remplacement du viaduc métallique de la Siagne (40 millions d’euros) est programmé du printemps 2017 au printemps 2019.

Pour le contrat de projet, le financement d’aucune opération n’est encore bouclé : 400 millions d’euros doivent être trouvés auprès des autres cofinanceurs, hors Etat et région. Seules des conventions de financements d’études d’avant-projet, pour quelques opérations, ont pu être signées. Elles concernent notamment l’aménagement des quais de Nice-Riquier, la réouverture aux voyageurs de la ligne Aix-Etang de Berre et la modernisation de la ligne de la Côte Bleue.
Pour la deuxième phase de Marseille-Aix (190 millions d’euros), qui sera une des principales opérations de ce contrat de plan, la mise en service est aujourd’hui prévue à l’horizon 2021, car du retard a été pris sur le financement des études. Pour Cannes-Grasse (40 millions d’euros), qui avait été reportée en 2014, le lancement reste prévu en 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X