Marchés

Le toit en pente s’embarque vers la modernité

Toujours leader en France, le toit en pente a été chahuté par le toit plat. Les industriels ont réajusté leurs offres et entendent tirer parti de réglementations favorables.

Tous les acteurs de la couverture s’accordent à le dire. En 2016, en dépit de signes positifs, « la reprise n’a pas été au rendez-vous dans le neuf », confie Bernard Caron, directeur du marketing de Terreal. Mais pour 2017, « cette activité va redémarrer », prédit Meriem Dussart, directrice du marketing et de la communication de Monier.

Les industriels du toit en pente comptent profiter de cette relance du marché tout en faisant face à la concurrence du toit plat, de plus en plus prisé pour les maisons neuves. « Il pose deux problèmes, l’uniformisation de l’architecture et son étanchéité, qui n’est pas toujours durable, alors que la pérennité de la couverture est un réel enjeu auquel nos systèmes répondent », rappelle Fabien Moulin, responsable du marketing et de la communication de VM Zinc.

Design. Face à ce toit plat « apprécié pour son image moderne », le toit en pente a réagi. L’association Promotoit ou la Fédération française des tuiles et briques (FFTB) ont ainsi mené des actions collectives « pour montrer des réalisations où le toit en pente a toute sa place dans l’architecture contemporaine », fait valoir Olivier Lafore, directeur du marketing et de la communication d’Imerys Toiture.

C’est donc, pour les tuiliers, l’heure d’un bain de jouvence. Plates, grand format, monochromes, elles ont le vent en poupe. « Si on regarde vingt ans en arrière, ce type de couverture était anecdotique », se souvient Bernard Caron. Le gris, le brun et le noir ou les lignes épurées font vibrer les toitures en terre cuite au Nord comme au Sud.

Personne n’échappe à cette évolution. La preuve, Eternit a élargi son offre « aux gris béton, brun ou perle, pour traiter la couverture et le bardage. Cette tendance confirmée en 2016 va se traduire dans la sortie des projets en 2017 et en 2018 », note Alexis Dubois, responsable technique couverture du spécialiste de l’ardoise fibrociment.

Le virage du solaire. Le zinc se plie aussi à la couleur. « Il n’est plus proposé dans une seule nuance de gris mais se teinte dans les rouges, les bruns, les verts », enchaîne Fabien Moulin. La tendance étant également à...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 429 du 06/04/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X