Régions Champagne-Ardenne

Le Snit confirme plusieurs projets

Plusieurs grands projets de Champagne-Ardenne figurent à l’avant-projet du Schéma national des infrastructures de transport (Snit) dévoilé en juillet par le ministère.

En insistant sur l’électrification du Paris-Troyes (entre Gretz et Troyes plus précisément), le Snit ne fait qu’entériner des engagements. A ce jour, 12 millions d’euros ont été débloqués pour effectuer les études préliminaires aux travaux. L’électrification devrait être effective d’ici à fin 2016. Un chantier évalué à 270 millions d’euros.
Egalement confirmée, l’étude pour une desserte par rail de l’aéroport Paris-Vatry avait été mentionnée dans le contrat de projets Etat-région 2007-2013. Elle a même fait l’objet d’un protocole cadre signé le 19 juillet par l’Etat, la région, le département et RFF. Quelque 18 millions d’euros lui seront consacrés. Il s’agit de raccorder l’aéroport à la LGV-Est à hauteur de Châlons-en-Champagne, sur la base de l’ancienne ligne traversant le site. L’embranchement contribuerait au développement de cet aéroport de fret qui mise sur le transport de passagers avec les compagnies low cost. La modernisation de cette section d’une trentaine de kilomètres préfigure aussi peut-être une hypothétique réouverture de la ligne Reims-Châlons-Troyes.
Côté fret ferroviaire, le Snit évoque l’électrification de la ligne Amiens – Châlons – Saint-Dizier – Culmont-Chalindrey, ainsi que deux autres projets qui concernent les Ardennes : la création d’une autoroute ferroviaire reliant le Sillon lorrain au tunnel sous la Manche et l’aménagement de l’axe Dunkerque-Lille-Metz pour l’accueil des trains longs.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Deux serpents de mer aubois

Le schéma évoque la réalisation d’une liaison autoroutière Troyes-Auxerre « accompagnée de la desserte d’une future gare TGV à Saint-Florentin ». Une solution qui ne satisfait pas les décideurs locaux qui plaident en faveur de l’autoroute Troyes-Auxerre-Bourges. Le Snit évoque aussi l’aménagement de la liaison Langres-Vesoul sur la RN 19, sur 80 km, mais sans préciser la nature de cette infrastructure. Enfin, côté fluvial, la mise à grand gabarit (3 000 tonnes) de la Seine amont entre Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne) et Nogent-sur-Seine (Aube) est abordée. Un aménagement réclamé pour favoriser l’essor du port de Nogent. Un chantier compris entre 190 à 270 millions. Dernier projet cité, pharaonique celui-là, une liaison fluviale à grand gabarit Saône-Moselle, longue de 230 km, avec éventuellement une connexion Saône-Rhin. Un projet qui coûterait entre 9,7 et 13,1 milliards d’euros !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X