Architecture Technique

Le site de la gare de Besançon-Viotte poursuit sa reconquête

Mots clés : Gares, aéroports

La gare rénovée et le pôle d’échange multimodal aménagé, c’est au tour d’un ensemble à dominante tertiaire d’être construit, sur le site de l’ancienne halle Sernam.

Opération : construction, sur le site de Besançon-Viotte, d’un pôle à dominante tertiaire de 21 000 m2 qui constitue la première pierre d’un ensemble plus vaste composé de 40 000 m2 de locaux et d’un parking privé et mutualisé de 320 places ; le pôle comprendra des bureaux (16 100 m2 dont 880 m2 de salles de réunions) qui permettront de regrouper les grandes entités des services de l’Etat (Dreal, DDT, ARS, Draaf, DRJSCS, DDCSPP) actuellement répartis sur différents sites, 50 logements (3 100 m2) réalisés en partenariat avec SMCI et des commerces avec, notamment, une brasserie et un restaurant interadministratif (1 800 m2) ; sur le plan environnemental, le bâtiment vise une consommation d’énergie inférieure de 20 % à la norme RT 2012 et 40 % de ses besoins en énergie seront produits à partir d’énergies renouvelables ; le projet sera labellisé « NF Bâtiments Tertiaires », « Démarche HQE » (Effinergie). Maître d’ouvrage : Société d’équipement du département du Doubs – sedD (Besançon). Bureau de contrôle et SPS : Socotec (Besançon). Equipe lauréate : Métra et Associés, mandataire, Brigitte Métra, architecte (Paris) ; Terrell, BET structure et fluides (Boulogne-Billancourt) ; Sletec, économiste (Lyon) ; Franck Boutté Consultants, ingénierie environnementale (Paris). Surface : 21 000 m2 de surface de plancher (SP) dont 16 100 m2 SP (bureaux), 3 100 m2 SP (logements). Estimatif travaux : 23,7 M€ HT. Calendrier prévisionnel : lauréat du concours, juillet 2016 ; appel d’offres, printemps 2017 ; début du chantier, septembre 2017 ; livraison, octobre 2019.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

LauréatMétra et Associés

Le projet. Deux tours forment une porte vers le quartier Viotte en devenir. De tailles différentes mais de même « famille », elles instaurent un dialogue avec la ville, la citadelle et le Doubs. Leur « toiture signal », dont la teinte rappelle la couleur bleue-grise de la pierre de Chailluz avec laquelle la majorité des bâtiments du centre ancien sont construits, s’oriente vers le cœur historique de la cité.
Le maximum sera fait pour conserver la halle existante et sa volumétrie. Les toitures, restaurées ou reconstituées, seront percées de « boîtes vitrées ». La largeur de l’existant permet de créer une rue intérieure, ponctuellement plantée, baignée de lumière zénithale et sur laquelle s’ouvriront les bureaux.

ENCADRE

Les projets non retenus - Agence Duthilleul

Le projet. La silhouette Nord, à la fois puissante et douce, fait écho au relief situé au second plan. En cœur d’îlot, un mail piétonnier de 200 m de long dessert l’ensemble, connecté aux rues adjacentes par cinq séquences de 30 à 50 m, installant « une petite échelle de quartier ».

Equipe : Agence Duthilleul, mandataire (Paris), Jérôme Guivier Architecte, architecte associé (Besançon) ; Setec Bâtiment, BET TCE (Paris) ; Axio, économiste (Paris). Surface : 23 257 m2 de surface de plancher (SP). Estimatif travaux : 24,148 M€ HT.

ENCADRE

Les projets non retenus - Corinne Vezzoni et Associés

Le projet. Un socle de béton clair, en résonance avec les tonalités de la Ville, dont la façade épaisse est percée d’ouvertures verticales régulières, abrite les bureaux. Posé dessus, le « toit habité » des logements est un couronnement d’un seul tenant. Au droit du parvis haut de la gare, il constitue le signal fort de cette « toiture précieuse », culminant à 28 m.

Equipe : Corinne Vezzoni et Associés, architecte mandataire (Marseille) ; Ingérop, BET TCE (Rueil-Malmaison). Surface : 22 371 m2 de surface de plancher (SP). Estimatif travaux : 24,756 M€ HT.

ENCADRE

Les projets non retenus - Jacques Ferrier Architectures

Le projet. Hybride, il conjugue densité et paysage ouvert : deux émergences verticales accueillant logements et espaces tertiaires sont reliées par des passerelles en éventail lancées au-dessus d’un mail paysager et de la halle entièrement revisitée : le nouveau volume est enveloppé d’une peau de fins portiques inspirés du gabarit de la halle à deux pans.

Equipe : Jacques Ferrier Architecture, architecte mandataire (Paris) ; TPF Ingénierie, BET TCE, économie et environnement (Marseille). Surface : 23 919 m2 de surface de plancher (SP). Estimatif travaux : 24,148 M€ HT.

ENCADRE

Les projets non retenus - Reichen et Robert & Associés

Le projet. La halle réinterprétée devient « fil conducteur » : tel un signe, son empreinte s’inscrit en creux sur le pignon visible depuis la gare, des volumes emboîtés restituent virtuellement le gabarit de l’existant, l’usage des « matériaux historiques » attribue une enveloppe spécifique à chaque entité.

Equipe : Reichen et Robert & Associés, architecte et urbaniste mandataire (Paris), Architectures Amiot Lombard, architecte associé (Besançon) ; Egis Bâtiments Grand Est, BET TCE, économie (Schiltigheim), Elioth, conseil « BBC » (Montreuil). Surface : 22 400 m2 de surface de plancher (SP). Estimatif travaux : 23,866 M€ HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X