Régions SEINE-ET-MARNE

Le secteur des travaux publics est inquiet

Mots clés : Travaux publics

La Chambre syndicale des travaux publics de Seine-et-Marne (CSTP 77) a finalement renoncé à lancer sa quatorzième plate-forme de recrutement et de formation. Initié en 2005 pour répondre aux clauses sociales, ce dispositif a permis d’embaucher et de former en alternance plus de 150 personnes éloignées de l’emploi ou en situation de handicap cognitif, de cumuler 500 000 heures d’insertion et de pérenniser au-delà de vingt-quatre mois 57 % des emplois ainsi créés.

« Aujourd’hui, des entreprises ont des équipes à l’arrêt. Un entrepreneur a même envoyé la moitié de son effectif en formation pendant six mois. En Seine-et-Marne, qui semble être le département le plus touché d’Ile-de-France, la situation est réellement préoccupante. Dans ce contexte, il n’était pas possible de démarrer une nouvelle plateforme », déplore Ariane Graziani, directrice générale de la CSTP 77.

Fort recul de l’activité

Pour 2014, les prévisions sont mauvaises, avec un recul de l’activité de l’ordre de 20 à 30 %. Après, il est vrai, une année 2013 au cours de laquelle, contre toute attente, le volume d’affaires est resté stable. « Dans le secteur de la voirie, les financements sont tombés à zéro suite à la refonte par le conseil général de toute sa politique contractuelle. Dans ces conditions, comment les collectivités locales vont-elles pouvoir réaliser des travaux, ne serait-ce qu’entretenir leur patrimoine ? », s’alarme Ariane Graziani. Cette préoccupation sera au centre du prochain forum des collectivités locales et des travaux publics organisé par Ensemble 77, le 3 juin. L’une des tables rondes sera consacrée aux techniques économes d’entretien du patrimoine.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X