Négoce

Le sans-fil devient la norme, la filière s’adapte

Mots clés : Normalisation - Marquage CE

Les industriels s’appuient sur les besoins des utilisateurs finaux pour repenser leurs machines sans fil, dont les capacités sont d’un niveau équivalent à celles des filaires.

Dans le domaine de l’outillage, « la technologie sans fil est très porteuse, et le tournant s’est effectué par rapport au filaire, avec le passage de la batterie nickel-cadmium à la batterie au lithium – dont nous sommes les pionniers – qui améliore la puissance et l’autonomie des batteries , souligne Grégory Toy, directeur du marketing de Bosch Outillage. Ainsi, une batterie 18 V lithium-ion équivaut à une batterie 24 C nickel-cadmium, laquelle pesait deux fois plus lourd ! » La batterie, voilà la grande nouveauté, qui bouleverse le marché de l’outillage, selon les industriels. « Au mois de mai, nous lançons une plate-forme commune sous forme de solution multivolt à trois voltages, avec une gestion électronique qui permettra à une machine de 18 V d’être couplée à une batterie de 14,4 ou 10, 8 V, explique Laurent Schwarz, directeur général de Fein France. Un artisan qui oublie sa deuxième batterie 18 V pourra en utiliser une autre sans dérégler sa machine. »

Filaire versus sans-fil. Avec Flexvolt, la marque DeWalt est également présente sur ce terrain. « Il s’agit de la première batterie rétrocompatible 54 V et qui convient à la totalité de nos produits 18 V », lance Manu Guitel, responsable de la formation chez Stanley Black & Decker (hors Facom).

Désormais, les scies sabres, les meuleuses, ou comme chez Fein, les unités de perçage magnétique vont gommer la frontière qui sépare filaire et sans-fil, d’autant que la flambée des prix un temps redoutée n’a pas eu lieu. Qui plus est, dans le cadre « d’une conversion de l’utilisateur », comme le confie un fabricant, les offres promotionnelles ne manquent pas. Par ailleurs, l’argument de sécurité du sans-fil, après tous ceux qui entourent l’électroportatif comme le débrayage électronique, pourrait également peser dans la balance.

Le service compte aussi. Pourtant, une batterie ne fait pas le printemps. « En ce mois de mars, nous lançons nous aussi une nouvelle batterie performante de 6,2 Ah, annonce Fabrice Langlais, directeur général de Festool. Le marché dit que l’enjeu est là, alors que ce sont les services proposés qui feront la différence. La preuve, notre offre...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 428 du 07/03/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X