Transition numérique

Le Royaume-Uni toujours à la pointe du BIM

Mots clés : Architecte - Logiciels - Outils d'aide

À la tribune de Meeting BIM, les Britanniques ont montré par l’exemple l’intérêt du déploiement du BIM. L’architecte londonien David Miller a ainsi entièrement revu son process de travail.

Déjà instauré, bientôt obligatoire, fortement préconisé : l’usage du BIM n’a pas le même statut partout en Europe. La directive européenne du 26 février 2014 a néanmoins créé un mouvement vers ces outils numériques qui ne pourra se démentir. Pour sa deuxième édition, le congrès Meeting BIM, organisé par les CTB et le Moniteur, qui s’est tenu les 8 et 9 novembre à Paris, rassemblait des intervenants du Royaume-Uni, de Finlande, des Pays-Bas et d’Allemagne pour un tour d’horizon des pratiques européennes.

Le Royaume-Uni fait toujours figure de leader dans ce domaine, lui qui a rendu obligatoire l’usage du BIM depuis le 1er avril 2016 pour sa commande publique. Pour Mark Bew, président du groupe de travail BIM pour le gouvernement britannique, qui distille la bonne parole depuis quelques années déjà, « la plus grande surprise est la vitesse à laquelle la transformation se met en place ». Et de souligner la réalité de « projets traités en BIM et construits dans les temps et à coût parfaitement maîtrisés ». Quelque chose comme une révolution dans la construction.

Des mots qui sonnent joliment aux oreilles de Jan Tulke, directeur du Planen Bauen 4.0,...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 356 du 08/12/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X