Enjeux

Le retour gagnant de la menuiserie Zonca

Mots clés : Menuiseries - PME

Liquidée en 2012, la PME héraultaise a retrouvé son rang sous l’impulsion de son ancien dirigeant et de son associé.

A 67 ans, Gérard Zonca s’apprête à prendre sa retraite pour la deuxième fois. Le 11 juin prochain, il cédera en effet à son associé Fabien Labbé les commandes de l’entreprise de menuiserie aluminium et PVC qu’il a créée il y a quarante-trois ans, près de Montpellier. Le père de l’entreprise Zonca s’était déjà retiré une première fois en 2005. Cette année-là, Gérard Zonca avait reçu le Prix Moniteur de la construction « second œuvre », pour la région Méditerranée, et cédé son entreprise à Fideme, un groupement de PME basé dans le Nord. Mauvais choix. L’entreprise Zonca, reconnue dans l’Hérault et en Languedoc-Roussillon, perd peu à peu la confiance de ses clients et périclite. Le 6 janvier 2012, elle est placée en liquidation judiciaire.

Gérard Zonca ne se résigne pas à voir son nom déconsidéré. Ni à voir ses anciens salariés, souvent recrutés comme apprentis, pointer à Pôle Emploi. Il suggère à un entrepreneur montpelliérain, Fabien Labbé, de relancer l’affaire. Président du Medef Hérault, Fabien Labbé est étranger au monde du bâtiment. A 51 ans, il a été cadre dirigeant dans l’industrie agroalimentaire, avant de créer une entreprise de formation. Il accepte néanmoins de relever le défi, à condition que Gérard Zonca s’engage avec lui dans l’aventure. « Il n’attendait que ça », se souvient-il. Entre les deux hommes, aux profils très différents, le courant passe. « Nous nous sommes entendus comme deux frères », dit Gérard Zonca. En février 2012, les deux partenaires rachètent aux enchères les actifs de l’entreprise et créent la Société Nouvelle Zonca, SAS au capital de 100 000 euros, dont ils détiennent 40 % chacun. Le tandem recrute quelques-uns des anciens salariés, remet l’outil de production à niveau, retisse des relations avec les fournisseurs, reprend contact avec les donneurs d’ordre et les prescripteurs. Avec succès. Dès 2012, Zonca décroche le chantier des nouveaux thermes de Balaruc-les-Bains. D’autres marchés suivent : le centre de cancérologie de Nîmes, l’école Chengdu à Montpellier, le palais de Justice de Béziers, ou encore le « Liner », un prestigieux programme de bureaux au sud de Montpellier.
L’entreprise emploie aujourd’hui 40 salariés. Bénéficiaire en 2014, elle vise un chiffre d’affaires de plus de 5 millions d’euros en 2015. « Chapeau ! salue Patrick Ceccotti, président de la FFB Hérault. Le pari était difficile, il est en voie d’être réussi. » La reprise qui s’amorce devrait permettre à Zonca de poursuivre son rétablissement. « Nous sommes beaucoup consultés en ce moment », constate Fabien Labbé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

4,2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014 pour un effectif de 40 salariés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X