Régions Région

Le réseau TER a trente ans de retard

Mots clés : Transport ferroviaire

L’obtention, début avril, de l’agrément de sécurité pour la LGV SEA par Lisea ne fait pas oublier le mauvais état des lignes TER. Une situation dénoncée par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et reconnue par Patrick Jeantet, P-DG de SNCF Réseau, présent à Bordeaux le 6 avril. « L’état du réseau n’est pas bon, nous avons un retard de trente ans et il va nous falloir trente ans pour rénover », a déclaré le patron de SNCF Réseau, qui réalise actuellement un diagnostic des lignes TER. Il explique cette situation par la priorité donnée à la grande vitesse, au détriment des lignes secondaires. « En 2000, nous avions 500 à 700 M€ par an pour moderniser les lignes secondaires françaises, quand la Grande-Bretagne a 2 Mds € pour un réseau plus petit… » Un financement hexagonal qui s’est élevé à 2,6 Mds € en 2016, 2,7 Mds € cette année et qui atteindra 3 Mds € en 2020.

A l’issue du diagnostic, SNCF Réseau décidera si elle programme des travaux – pour les lignes les plus empruntées – ou si elle impose des limitations de vitesse. A la fin de l’année débutera le renouvellement des voies entre Saintes et Royan, et le sénateur du Nord, Michel Delebarre, devrait rendre ses conclusions sur l’amélioration de la desserte de Limoges prochainement.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X