Régions Mulhouse

Le quartier de Bourtzwiller sort de l’impasse

Mots clés : Béton - ERP sans hébergement - Politique européenne

+ 2,9 % Hausse de la production de béton prêt à l’emploi (BPE) dans le Grand Est durant le 1er semestre 2016. Source : Unicem.

150 M€ de prêts ont été signés par la BEI et la Caisse des dépôts pour l’opération campus de l’université de Strasbourg.

49,2 M€ Montant des opérations du groupe SedD-Territoire 25 en 2015 (2/3 en construction et 1/3 en aménagement).

Semi-enterré, le nouveau gymnase de Bourtzwiller ne voulait pas en imposer dans le paysage, mais ses 4 700 m SP ne passent pas inaperçus. Sa résille métallique de couleur or, ses motifs en façade évocateurs de bulles (de champagne… ou de crémant d’Alsace ? ), sa forme ovale contrastant avec les formes cubiques environnantes et son parvis en font « un signal pour le pôle sportif voisin, nouveau lieu de vie du quartier et symbole de son renouveau », selon Jean-Marc Lesage, architecte associé du cabinet concepteur DRLW. Livré en octobre au terme de 7,6 millions d’euros HT de travaux et 12 millions TTC d’opération, le gymnase vient tourner l’une des dernières pages de la longue histoire de la rénovation urbaine de Bourtzwiller. En dix ans, 140 millions d’euros auront été injectés, principalement par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), les bailleurs sociaux et la Ville de Mulhouse, pour transformer ce quartier qui souffrait de l’image la plus dégradée de l’agglomération haut-rhinoise.

Le principal propriétaire Mulhouse Habitat a procédé à la démolition des 420 logements en barres qui ont façonné Bourtzwiller. Sur place, il les a remplacés par 178 constructions de petits ensembles collectifs et maisons de ville, constitutifs du programme des Berges de la Doller (architectes Léonetti, Dauber, Ott-Collin et Rey-Lucquet), devenu une référence de dédensification et de réconciliation avec l’environnement naturel préalable – bords de la rivière Doller – et nouveau – parc de 8 000 m . Autour de l’ex-Cité des 420, les 695 résidentialisations de logements (les dernières s’achevant au 1er trimestre 2017) « ont permis de faire monter en qualité le reste du patrimoine », souligne Eric Peter, directeur général de Mulhouse Habitat. L’autre bailleur du quartier, LogiEst, s’apprête à engager 18 démolitions et 244 réhabilitations ou résidentialisations, après 40 réhabilitations réalisées en 2014-2015.

Désenclavement impératif.

Sortir Bourtzwiller de l’impasse, le programme de rénovation urbaine (PRU) s’y efforce aussi au sens propre. Venant compléter l’arrivée du tramway, le programme de désenclavement se déroule, pour 2,61 millions d’euros TTC, jusqu’à mi-2019, en attendant un hypothétique PRU 2. Il reste à raccorder la partie orientale à la RD 430 au sud et au nord à travers le bois des Romains, à créer une voie interne nord-sud, à terminer la liaison douce entre le gymnase et l’arrêt de tramway et à réorganiser la voirie pour faciliter les trajets à vélo… Tout sauf de la cosmétique, estime Catherine Rapp, adjointe à l’urbanisme à Mulhouse : « Sans ce désenclavement, tous les efforts entrepris sur la rénovation de l’habitat ne serviraient à rien. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X