Régions Marseille

Le port compte investir 65 millions d’euros en 2017

Mots clés : Gares, aéroports - Transport maritime

Malgré les vents contraires liés au marasme du commerce mondial et au contexte politique des pays d’Afrique du Nord, le Grand Port maritime de Marseille Fos (GPMM) va poursuivre son programme d’investissements en 2017. Après les 55 millions d’euros injectés l’an passé dans le développement de ses infrastructures (+ 22 %), le premier port français prévoit d’investir 65 millions d’euros avant la fin 2017, une somme à nouveau en forte progression (+ 18 %).

Inscrit pour moitié (30 M€) dans le projet stratégique 2014-2018 du GPMM, « cet effort doit permettre à l’établissement de conforter sa stratégie de diversification des trafics en vue de préparer la fin de la rente pétrolière », indique Jean-Marc Forneri, le président du conseil de surveillance du port. Sont ainsi programmés : le lancement à la fin de l’année des travaux de jonction des terminaux à conteneurs de Fos (5,5 M€), l’aménagement d’un ponton destiné à l’accueil des navires qui transportent les pièces du réacteur Iter (1,6 M€), l’aménagement des terminaux internationaux passagers au Cap Janet (6,7 M€) et la fin du chantier de renouvellement des voies ferrées à Fos (2,8 M€).

Stratégie de diversification. Autre projet emblématique de cette ouverture : le lancement des travaux du démonstrateur industriel Jupiter 1000 (ou « power to gas ») à Fos (2,6 M€). Ce prototype développé par GRTgaz est destiné à transformer l’électricité en gaz sur la plate-forme d’innovation Piicto (1 200 ha).

La diversification est également symbolisée par l’offensive sur le segment de la logistique. Après les 290 000 m2 de locaux et de terre-pleins développés en 2016 par les grands opérateurs du secteur (Daher, Tempo One, Cat, Mediaco, Derichebourg, TEA… ) sur les zones de Distriport, de La Feuillane (Fos) et dans les bassins est marseillais, de nouveaux projets seront engagés. Les groupes Idec et Life poursuivront le déploiement de leur parc logistique sur l’ancien site pétrochimique de La Feuillane. Après la livraison du premier entrepôt (55 000 m2, permis obtenu), les deux opérateurs lanceront ainsi une nouvelle extension de 35 000 m2. Signe de l’engouement des investisseurs pour la place phocéenne, 2017 marquera la fin de la commercialisation de la zone Distriport (160 ha).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X