Régions Nancy

Le pont des Fusillés réaménagé de fond en comble

Mots clés : Ouvrage d'art

Le chantier du réaménagement du pont des Fusillés, à Nancy, bouclera en octobre la première de ses trois phases devant mener à la livraison complète en 2019. L’opération constitue le pilier du schéma de circulation routière aux abords de la gare qui accompagne la réalisation du projet urbain Nancy Grand Cœur.

A ce titre, elle conjugue les difficultés propres au génie civil et à la construction de bâtiments, dans un environnement restreint. Ces contraintes ont conduit le maître d’ouvrage, la Société lorraine d’économie mixte d’aménagement urbain (Solorem), à retenir pour la partie gros œuvre de 8,4 M€ HT un groupement constitué d’Eiffage Génie Civil (mandataire) et d’Eiffage Construction.

Les deux entreprises ont eu recours aux éléments en béton préfabriqué de l’entreprise mulhousienne Rector Lesage. D’une part, des prédalles autoportantes et des poutres ont été mises en œuvre afin de recevoir la dalle en béton armé constitutive du tablier de l’ouvrage. D’autre part, des dalles alvéolées ont été employées pour le niveau intermédiaire, occupé par un parking de 380 places. Livré en 2019, celui-ci comprendra, dans sa partie haute, deux voies de circulation qui seront connectées au pont réaménagé.

Rétréci des deux tiers. Les 16 m de longueur des dalles alvéolées et des poutres ont impliqué de réaliser la phase 1 « en tiroir » : le gros œuvre est parti de l’extrémité de l’ouvrage pour faire avancer simultanément l’ensemble des niveaux (rez-de-chaussée et quatre étages). « Nous avons progressé à reculons avec des grues mobiles », explique Antony Aubrun, directeur de travaux chez Eiffage Génie Civil. Le dallage du niveau le plus bas sera réalisé en juin en sous-œuvre, et en une seule fois.

Les phases 2 et 3 du chantier impliqueront une déconstruction partielle mais conséquente du pont des Fusillés, puisqu’il sera rétréci des deux tiers. La partie amenée à disparaître sera découpée en deux, dans le sens longitudinal, à partir du 28 juin.

Le chantier, d’un montant total de 12 M€, se déroule sur une emprise de 270 m de long et 20 m de large. Sa maîtrise d’œuvre est assurée par les bureaux d’études Acogec, Verdi et les architectes Béal & Blanckaert et Ingrid Petit.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X