Architecture Technique Ouvrage d’art

Le pont d’Iéna sauvé de la ruine

Mots clés : Ouvrage d'art

Des piles de l’ouvrage, construit au XIXe siècle, présentaient des tassements de 30 à 60 cm.

Construit, selon le souhait de Napoléon Bonaparte, entre 1808 et 1814, le pont d’Iéna est l’un des ouvrages les plus prestigieux de Paris. Classé monument historique depuis 1975, ce pont en maçonnerie relie, sur 155 m de long, deux sites remarquables de la capitale, la tour Eiffel et le Trocadéro. Les différentes modifications structurelles dont il a fait l’objet au fil du temps – notamment dans le cadre des expositions universelles de la première moitié du XXe siècle – ont eu raison de sa solidité originelle.

« En 1937, le pont d’Iéna a été élargi, de part et d’autre, et sur toute sa longueur, par deux ouvrages en béton armé. Ces extensions reposent sur une structure métallique, et notamment sur des poutres transversales qui prennent appui sur les piles d’origine de l’ouvrage, lesquelles sont fondées sur plusieurs dizaines de pieux bois, ancrés dans des argiles plastiques, sous le lit de la Seine », explique Ambroise Dufayet, responsable des ouvrages d’art à la direction de la voirie et des déplacements de la Mairie de Paris. Et l’ingénieur de poursuivre : « Ces surcharges permanentes ont provoqué d’importants désordres sur trois des quatre piles du pont. Nous avons en effet observé, au cours de nos campagnes de surveillance, des affaissements de l’ordre de 30 à 60 cm. Ces constatations nous ont conduits à prendre des mesures correctrices. L’objectif du chantier a été de conforter, par la réalisation de micropieux en béton, les piles fragilisées. »

36 micropieux à 46 m de profondeur.

Confié à Spie Fondations, le chantier avait ainsi pour but, avant tout, de renforcer l’ouvrage pour mettre fin aux phénomènes de tassements. « Il n’était pas question de rehausser le pont à son altimétrie initiale, mais de le stabiliser et de le maintenir en l’état, pour éviter qu’il n’atteigne la ruine », précise Ambroise Dufayet. Pour ce faire, la Mairie de Paris avait, au préalable, engagé une série d’études géotechniques et structurelles pour concevoir la solution technique appropriée. C’est ainsi que la reprise en sous-œuvre de l’ouvrage, à l’aide de 36 micropieux en béton – 12 sous chacune des trois piles endommagées -, forés à 46 m de profondeur, a été retenue.

Réalisé sur une durée totale de neuf mois, le chantier a été organisé selon deux phases successives : des travaux fluviaux de reprise en sous-œuvre et de cerclage des anciennes piles, puis la réalisation des micropieux au travers des piles existantes pour stabiliser définitivement le pont d’Iéna, aujourd’hui bicentenaire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Mairie de Paris. Maîtrise d’œuvre : Mairie de Paris, direction de la voirie et des déplacements, service du patrimoine de voirie, section des ouvrages d’art. Entreprises : Spie Fondations, O’Can. Montant : 1,3 million d’euros HT. Durée : neuf mois.

ENCADRE

Fondations - 36 micropieux ancrés à 46 m de profondeur

A la suite des travaux fluviaux, le chantier de confortement des piles du pont d’Iéna s’est poursuivi par la reprise en sous-œuvre des trois piles fragilisées de l’ouvrage, au moyen de 12 micropieux par pile (points rouges sur le schéma 2 ci-dessus). « Ces micropieux, de 200 mm de diamètre, reprennent chacun une charge de 325 tonnes. Ils sont ancrés à 46 m de profondeur, dans les marnes de Meudon, et disposés entre les pieux bois existants », indique Benoît Doussau de Bazignan, ingénieur d’affaires pour Spie Fondations.
Pour chacun des 36 micropieux, la méthode adoptée par les équipes sur place a consisté, d’abord, à réaliser, depuis la chaussée, un carottage de 220 mm de diamètre au travers de la maçonnerie du pont, sur toute la hauteur de la pile (photos 1 et 3). Le forage du micropieu à proprement parler a ensuite été effectué, en injectant un coulis de scellement, sur une hauteur de 32 m, avant de mettre en place une armature tubulaire. Enfin, pour assurer la qualité du scellement, une phase complémentaire d’injection sous pression a été entreprise. Durant cette étape délicate du chantier, une campagne de surveillance topographique a été mise en œuvre afin de repérer les éventuels mouvements de l’ouvrage. En cas de mouvement détecté au-delà des seuils admissibles, le maître d’œuvre pouvait alors établir un diagnostic immédiat pour prendre les mesures techniques nécessaires.
La mise en place des micropieux aura duré, au total, trois mois, de janvier à mars, sans tassement additionnel.

ENCADRE

Travaux fluviaux - Repérer les pieux bois et conforter les piles d’origine

La première des deux phases du chantier, réalisée l’été dernier, par Spie Fondations et son partenaire O’Can, a consisté à reprendre en sous-œuvre l’ouvrage et à mettre en place des cerclages métalliques précontraints autour des trois piles originelles surchargées du pont. Pour cette première étape, les équipes sur place ont procédé, préalablement à la réalisation des micropieux, au repérage des dizaines de pieux bois existants, datant de l’édification du pont, au début du XIXe siècle (photo 3).
« L’objectif de cette intervention subaquatique est de nous assurer que nous ne traversons pas les pieux bois lors du forage des micropieux », explique Benoît Doussau de Bazignan, ingénieur d’affaires pour Spie Fondations. Autre intervention préalable : les cerclages métalliques précontraints, protégés contre la corrosion, ont été mis en œuvre sur toute la hauteur de la maçonnerie, à raison de trois par pile – dont l’une sous le niveau de la Seine (photos 1 et 2). « Ce dispositif préventif, qui a nécessité la réalisation de quatre tirants précontraints horizontaux dans chacune des piles affaiblies, nous permet de consolider ces dernières et d’éviter tout désordre lors de la réalisation des micropieux », précise l’ingénieur. Ces opérations, effectuées en partie de nuit, ont nécessité la mise en place d’un alternat fluvial pour permettre la circulation des nombreux usagers de la Seine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X