Enjeux

Le plan de relance du logement a fini par payer !

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Les ventes ont progressé de 20 % au 1er trimestre 2015. Les mises en chantier devraient bondir d’ici à huit mois.

Malgré l’annulation du Salon national de l’immobilier prévu en septembre, la promotion immobilière reprend des couleurs. Au 1er trimestre 2015, 21 240 habitations destinées aux particuliers (appelées « ordinaires ») ont trouvé preneurs, soit 20 % de plus qu’au 1er trimestre 2014, selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). En comptant les ventes de logements ordinaires, en bloc et en résidences de service, la commercialisation progresse « seulement » de 10,4 % (25 826 unités). En clair, cette reprise « est uniquement portée par les particuliers investisseurs, note François Payelle, président de la FPI. Le dispositif d’investissement locatif Pinel leur convient. » En revanche, les ventes en accession reculent de 3,3 %. « Les taux d’intérêt sont historiquement bas, mais les conditions d’octroi des prêts se sont resserrées, indique François Payelle. Pour que les ménages modestes reviennent sur le marché, il faut réduire le taux d’intérêt du prêt d’accession sociale (PAS) sur vingt ans car il est trop éloigné de ceux pratiqués par les banques. » Son taux se situe à 2,80 % pour les emprunts supérieurs à 20 ans contre 2,19 % sur 17,6 ans en moyenne pour les prêts traditionnels.

Budgets plus serrés.

Du côté des constructeurs de maisons individuelles, les ventes affichent aussi de beaux résultats : + 21 % sur un an, en mars 2015. « La reprise enregistrée en début d’année se confirme, mais le budget des ménages se resserre à 120 000 euros en moyenne hors foncier, analyse Dominique Duperret, secrétaire général de l’Union des maisons françaises (UMF). Le PTZ reconfiguré en octobre 2014 produit ses effets. » Même son de cloche au Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal) qui s’inquiète sur un point : « Les ventes reprennent, mais elles auront un impact sur les entreprises du bâtiment dans huit à dix mois seulement. » Ces sociétés doivent s’accrocher, car la FPI table sur 85 000 à 90 000 ventes de logements neufs pour 2015, soit 15 000 à 20 000 de plus qu’en 2014. Ces prévisions ne pourront se réaliser que si les promoteurs lancent de nouveaux programmes. Or « les recours sont repartis à la hausse, à tel point, que 40 000 logements privés et sociaux sont bloqués », s’inquiète François Payelle. Enfin, le phénomène des maires anticonstruction commence à s’estomper « mais seulement dans quelques régions », précise-t-il. Encore un effort (collectif) et le secteur du logement sera véritablement relancé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X