Autres

LE PAYSAGE À LA CROISÉE DES REGARDS

Les dernières livraisons des Carnets du paysage et des Cahiers de l’école de Blois, revues respectives de l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles et de l’Institut national des sciences appliquées (Insa) Centre Val de Loire, interrogent la discipline de manière complémentaire. Avec « Sacré », la première analyse le rapport rationnel et spirituel de l’homme à la nature, suivant trois parties : sacralités, désacra-lités, transferts. En ouverture, une relecture de saint Fiacre, le patron des jardiniers, rappelle le miracle qui a accompagné l’édification du premier monastère à l’aide d’un bâton, devenu bêche, creusant la terre ; plus généralement, elle présente la spatialité chrétienne comme inspirée du paysage des forêts. Un parcours à travers les continents confirme la thèse selon laquelle les rituels sont associés au paysage, « endroit où le ciel et la terre se touchent ». Les exemples puisent dans les bois sacrés du Bénin, la vénération de certaines montagnes en Chine et au Maroc, jusqu’aux formations rocheuses de l’Australie aborigène. La deuxième partie amène le lien désacralisé à la terre, avec le développement de l’agriculture qui la place dans une vocation...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 262 du 14/09/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X