Territoires Aquitaine-Limousin- Poitou-Charentes

Le nouvel exécutif prend ses marques

Sans trop de surprise, Alain Rousset a été élu président de l’Aquitaine étendue, issue de la fusion au 1er janvier des trois régions Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin. Toutes les trois régions gouvernées à gauche. Son installation à la présidence, le 4 janvier dernier, a fait peu débat, les deux autres présidents de région ayant été élus en 2014 : Jean-François Macaire, élu président de Poitou-Charentes à l’occasion de l’entrée de Ségolène Royal au gouvernement, tient les cordons de la bourse comme vice-président chargé du budget et des finances. Le premier vice-président de la nouvelle région, Gérard Vandenbroucke, avait quant à lui succédé à la tête du Limousin à Jean-Paul Denanot, élu député européen fin 2014. Ancien maire de Pessac (Gironde) de 1989 à 2001, Alain Rousset a présidé l’Aquitaine depuis 1998 et passe la main de l’ARF à Philippe Richert (Alsace).

L’exécutif est constitué aussi de 15 vice-présidents issus des trois régions. La nouvelle assemblée régionale (183 conseillers), qui siège à Bordeaux, a été répartie par la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République) en proportion des poids démographiques : ce qui augmente la proportion d’élus aquitains (102 contre 85), stabilise la représentation pictocharentaise (57 élus au lieu de 55), mais divise le nombre d’élus limousins par deux (24 contre 43). Un différentiel qui sera compensé par les délégations de poids des élus limousins, comme la 1re vice-présidence attribuée à Gérard Vandenbroucke qui se voit confier l’aménagement du territoire, la politique contractuelle et le très haut débit, trois secteurs qui seront au cœur de la nouvelle politique régionale.
Autre élue limousine, Nathalie Delcouderc, élue de Corrèze, vice-présidente chargée de l’économie territoriale, sociale et solidaire. Le choix de l’élue charentaise Françoise Coutant (4e vice-présidente) à la transition énergétique confirme les priorités de l’exécutif régional qu’Alain Rousset a évoquées dans son discours d’ouverture puis lors de ses vœux : « Il n’y aura pas de centralisme bordelais. Nous avons un an pour organiser la région : nous allons créer une ‘‘ Datar ’’ qui va accompagner la politique contractuelle, avec une capacité d’analyse, nous appuyant sur les universités. » De fait, Gérard Blanchard, vice-président chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, est président de l’Université de la Rochelle, et Jean-Louis Nembrini, chargé de l’éducation et des lycées, est l’ancien recteur de l’Académie de Bordeaux.

Couple moteur de la création d’emploi.

Alain Rousset entend aussi développer « un accompagnement spécifique des territoires fragiles ». L’homme fort sera le 1er vice-président, Gérard Vandenbroucke en charge de l’aménagement du territoire, des politiques contractuelles. Ces dernières « seront élaborées en coconstruction avec les élus locaux. Je m’appuierai sur vos propositions pour élaborer en coconstruction des stratégies territoriales », a précisé Alain Rousset. Et surtout, a rappelé Alain Rousset lors de ses vœux, « le couple moteur de la création d’emploi ‘‘ région-PME ’’ sera doté d’un fonds d’investissement régional pour décentraliser et accélérer les aides actuellement trop lentes et centralisées ». Parmi les équipes qui assureront la mise en œuvre de ces politiques, la commission d’appel d’offres a désigné, le 1er février dernier, son président : Patrick Guillemoteau. Le nombre des commissions est porté à 12, et celle des finances sera présidée par un élu – non encore désigné – de l’opposition. Autre homme fort du dispositif, le directeur général des services, Jean-Baptiste Fauroux, entouré d’une direction générale réduite, qui organisera les services en 14 délégations basées au siège. Mais les directeurs rattachés à ces délégations seront basés à Bordeaux, Poitiers et Limoges. Le premier budget, autour de 2,4 milliards d’euros, sera voté en avril prochain.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Les vice-présidents de la grande région

Gérard Vandenbroucke (Limousin), 1er vice-président (VP), aménagement du territoire, politique contractuelle, très haut débit.
Nathalie Lanzi (Deux-Sèvres), 2e VP, jeunesse-sport, culture, patrimoine.
Jean-François Macaire (Vienne), 3e VP, finances et budget.
Françoise Coutant (Charente), 4e VP, transition énergétique.
Bernard Uthurry (Pyrénées-Atlantiques), 5e VP, développement économique et numérique.
Nathalie Delcouderc (Corrèze), 6e VP, économie territoriale, sociale et solidaire.
Jean-Louis Nembrini (Gironde), 7e VP, éducation et lycées.
Sandrine Derville (Pyrénées-Atlantiques), 8e VP, tourisme.
Gérard Blanchard (Charente-Maritime), 9e VP, enseignement supérieur et recherche.
Isabelle Boudineau (Gironde), 10e VP, Europe et international.
Jean-Pierre Raynaud (Dordogne), 11e VP, agriculture, mer et montagne.
Catherine Veyssy (Gironde), 12e VP, formation professionnelle, apprentissage et emploi.
Renaud Lagrave (Landes), 13e VP, infrastructures et transports.
Geneviève Barat (Creuse), 14e VP, ruralité et vie associative.
Nicolas Thierry (Gironde), 15e VP, environnement et biodiversité.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X