Régions Arles

Le nouveau Museon Arlaten lancé… six ans après le concours

Un projet amorcé en 2006, attribué pour le concours d’architecture en 2010 et dont les premiers coups de pioche ont été donnés seulement en octobre dernier… La rénovation-extension du Museon Arlaten – musée arlésien en provençal – fait partie de ces projets publics longtemps hypothétiques mais qui finalement réussissent à se concrétiser, après plusieurs années. Il faut dire qu’engagée par le conseil départemental des Bouches-du-Rhône sous la présidence du socialiste Jean-Noël Guérini, cette opération de 22,5 millions d’euros a été freinée par de nombreux aléas administratifs, dont des appels d’offres qui ont mis deux ans à aboutir. Elle n’a été concrétisée qu’une fois validée par le nouvel exécutif et sa présidente, Martine Vassal (LR).

Agrandissement des espaces d’exposition. Situé au cœur d’Arles, le Museon Arlaten rassemble plus de 38 000 objets et documents retraçant la vie quotidienne des habitants de la Provence de la fin du XVIIIe siècle à aujourd’hui. Installé dans plusieurs bâtiments imbriqués – l’hôtel Laval- Castellane, la chapelle attenante construite par l’ordre des Jésuites et les vestiges crypto-romains -, il va bénéficier d’une mise en conformité (sécurité, accessibilité), d’une amélioration et d’un agrandissement des espaces d’exposition. Un groupement réuni autour de l’architecte Michel Bertreux et de l’agence nantaise Tetrarc réalisera la métamorphose. « L’aile Veran va être totalement modifiée pour permettre la création d’un escalier monumental. Les planchers vont être surélevés et les circulations du bâtiment entièrement repensées. Un belvédère va également être créé sur l’exèdre romaine, pièce historique classée au patrimoine mondial de l’Unesco », explique Rémi Tymen, chef de projet chez Tetrarc.

En parallèle, le conseil départemental va étendre les surfaces dédiées au musée : la chapelle des Jésuites, contiguë au musée va être aménagée pour être intégrée au parcours d’exposition tout comme une partie de l’Atelier des roues, au cœur des anciens ateliers SNCF. Le chantier sera réalisé en une vingtaine de lots séparés dont quatre ne sont pas encore attribués. Parmi les entreprises figurent Mastran (gros œuvre), Landragin (structures métalliques) et Gargini et MCCC (métallerie). Le projet doit s’achever en 2019.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X