architecture Rennes

Le nouveau métro sur la piste de lancement

Mots clés : Ouvrage d'art - Transport collectif urbain

Sur sa partie aérienne, la ligne reposera sur un viaduc de 2,4 km.

Sa construction mobilise un lanceur spectaculaire.

Il s’agit de l’un des chantiers de transport urbain les plus importants à l’heure actuelle en France. Démarrée en janvier 2014 après une année de préparation, la construction de la ligne B du métro de Rennes (Ille-et-Vilaine) se poursuit bon an, mal an. Les travaux, estimés à 1,2 milliard d’euros (valeur janvier 2010), consistent à réaliser 13,8 km de ligne nouvelle à travers la capitale bretonne, selon un axe sud-ouest/nord-est. Elle complétera ainsi, à l’horizon 2020, le parcours du métro A, ouvert en mars 2002, qui relie le sud-est au nord-ouest de l’agglomération. Au total, 15 nouvelles stations seront créées, dont trois aériennes, construites sur un impressionnant viaduc de 2,4 km de long.

2 395 m : longueur totale du futur viaduc du métro de Rennes, qui accueillera trois stations aériennes.

Opération d’envergure se déroulant dans un contexte urbain particulièrement contraignant, le chantier de la deuxième ligne du métro rennais avance au rythme du tunnelier Elaine, mis en service en janvier 2015. Objectif ? Réaliser un tronçon de 8,5 km sous l’hypercentre de la ville, à une profondeur moyenne de 30 m. Arrêtée à la fin novembre 2016, pour permettre la réalisation de travaux de confortement en surface – après l’apparition d’un fontis de 15 m 2 et de 3 m de profondeur dans le centre-ville historique de Rennes –, la machine a pu redémarrer le 4 avril dernier, direction la station Jules-Ferry, l’une des 12 gares souterraines du tracé. Elaine a déjà parcouru près de...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5927 du 23/06/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X