Grand Paris

Le nouveau métro, laboratoire du futur

Mots clés : Établissements de soins - Politique des transports - Transport collectif urbain

Les entreprises doivent se saisir du chantier du Grand Paris Express pour innover, explique Philippe Yvin.

Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), pilote la réalisation du nouveau métro. Un chantier XXL, véritable levier pour l’innovation.

En quoi le chantier du Grand Paris Express est-il innovant ?

Ce chantier, de par sa taille et ses délais (jusqu’en 2030), est un réservoir à innovations. Pour innover, il faut une masse de travaux suffisante qui justifie les investissements lourds en recherche et développement et permette de tester les nouveaux produits. Il faut aussi disposer de temps. J’ai récemment rencontré les dirigeants des entreprises qui fabriquent les voussoirs pour le tunnel du prolongement de la ligne 14 au nord. Ils se disent prêts à investir en R & D – les voussoirs eux-mêmes sont un terrain d’innovation – s’ils bénéficient d’une visibilité suffisante en termes de marchés. Cette envie d’innovation doit se diffuser à tous les échelons. Il faut aussi la susciter, l’encourager.

Dans quel secteur attendez-vous le plus d’innovations ?

Celui du traitement des déblais. La première innovation porte sur la mise en place d’une traçabilité généralisée pour les 43 millions de tonnes estimées générées par ce chantier. C’est une première à cette échelle dans le secteur des travaux publics. Elle se traduira par des obligations imposées aux entreprises et par la désignation d’un assistant à maître d’ouvrage qui veillera au respect des procédures. Ensuite, nous attendons des solutions innovantes en matière de valorisation des déblais car nous devons atteindre l’objectif de 70 % de retraitement fixé par la loi transition énergétique. Dans les appels d’offres, nous avons introduit un critère sur cet aspect-là assorti d’un système de bonus-malus selon les réponses des entreprises.

Et concernant la phase travaux ?

Nous réfléchissons à la manière dont il serait possible de mieux enchaîner les phases génie civil et les phases systèmes. L’idée serait de creuser des puits d’accès plus importants que les simples puits d’aération pour y acheminer du matériel. Cela permettrait de gagner du temps car nous pourrions traiter davantage de linéaire simultanément (pose des rails, des câbles électriques…). Autre point : l’utilisation systématique de l’interférométrie pour suivre les mouvements de terrain. C’est aussi une première à cette échelle-là. Par ailleurs, nous allons profiter des travaux de génie civil pour poser des fibres à très haut débit et installer des radiers métalliques dans les sites potentiels de production de géothermie qui serviront à récupérer la chaleur. Nous envisageons enfin l’implantation de data centers le long du réseau qui seraient raccordés à cette fibre très haut débit.

La SGP vient de lancer un appel à solutions innovantes sur les commerces et les services de proximité…

Pour la construction de ce métro, nous avons élaboré le concept de « ville en chantier du XXIe siècle ». Il s’agit de faire preuve de « bien-traitance », de bienveillance à l’égard des riverains. Tous les aspects d’une ville en chantier, de la gestion environnementale des travaux à l’impact sur les commerces en passant par l’information des populations, feront l’objet d’appels à projets auprès de l’écosystème de l’innovation, les jeunes pousses et les start-up notamment. Le premier a été lancé sur les commerces. D’autres suivront sur le stationnement, la mobilité… Nous allons aussi lancer un programme, hors appel d’offres, destiné aux jeunes pousses qui veulent proposer des projets à la SGP. Au besoin, nous les accueillerons à la Fabrique du métro.

De quoi s’agit-il ?

C’est un lieu, situé à Saint-Ouen, que nous utiliserons comme centrale d’essais : nous y testerons les matériaux, les façades de quais, la signalétique… Nous pourrons y héberger les start-up qui souhaiteront participer à notre programme d’innovation. Ce sera aussi un lieu d’exposition permanente pour les scolaires et nous pourrons y accueillir les classes du Grand Paris. L’ouverture est prévue à la fin de l’année.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X