Autres Lens

Le nouveau Bollaert la joue comme Beckham

Ce soir-là, les Sang & Or recevaient le Paris FC (pas celui de Zlatan) pour continuer à entretenir l’espoir d’une remontée en Ligue 1. Un vendredi à 20 h, en venant de Lille, il valait mieux prendre le train pour éviter les embouteillages monstres de l’A 1, d’autant que le stade est à deux pas de la gare. Sauf qu’après le match, plus de train pour rentrer. En voiture donc ! Pour contourner les bouchons, les trous de la RN 47 seront le prix à payer. Mais surprise, à l’arrivée, je me gare à dix mètres de ma tribune. Bon, il me faudra près d’une heure pour ressortir de ce goulet…

Un peu tôt, toutefois, pour rejoindre ma place ou passer dans une friterie très couleur locale. Allons plutôt faire un tour au Louvre-Lens, c’est à côté, le chemin piétonnier qui y mène constitue une belle balade, et le conservateur du musée a eu une drôle de bonne idée : proposer à l’occasion de l’Euro (et jusqu’à l’automne) une exposition temporaire sur les supporteurs du Racing Club de Lens.
Le public lensois a la réputation d’être l’un des meilleurs de France. De fait, dans les corons, le spectacle est plus souvent dans les tribunes que sur la pelouse ! L’exposition « RC Louvre » parlera aux initiés et donnera des clés aux curieux. En sortant du Louvre-Lens, on jouit d’une vue imprenable sur le nouveau Bollaert, judicieusement relooké dans les mêmes tons que le musée. J’ai, je l’avoue, pouffé quand le jour de l’inauguration, je m’étais aperçu qu’il pleuvait sur les loges. Mais en attendant, quel stade ! Je ne vous parle pas ici d’architecture ou de nouvelles technologies. Bollaert est un stade de base, en bon vieux béton, carré, dépouillé, mais un stade de foot, un vrai, à l’anglaise. Du siège le plus éloigné de la pelouse, la visibilité est meilleure qu’en VIP au Stade de France. Et quelle atmosphère ! Entre ville ouvrière, verdure et voies ferrées, on se croirait dans une cité des Midlands, au cœur du Royaume-Uni. En début de match, un train salue la foule à son passage d’un coup de klaxon. Hélas ! Celui-ci ne portera pas bonheur aux Sang & Or, qui, battus 1 à 0, devront encore patienter pour rejouer au plus haut niveau. Mais peu importe. Ici, c’est le football !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Capacité : 38 223 places. Montage : marché public. Maîtrise d’ouvrage déléguée : région Nord-Pas-de-Calais pour le Racing Club de Lens. Maîtrise d’œuvre et BE : Cardete & Huet (architecte mandataire), Atelier Ferret (architecte associé), Egis (structure VRD), Jaillet-Rouby (charpente), Mercier Sac Epée (fluides). Entreprises : Demathieu Bard (gros œuvre étendu), CLP (sièges), Cofely Axima (fluides humides), Satelec (fluides secs), Cabre (finitions). Planning du chantier : mai 2014 – novembre 2015. Coût des travaux : 70 M€ HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X