Régions Reims

Le Nautilud sera rénové

Le 25 octobre 2013, la Ville de Reims décidait en urgence de fermer le Nautilud, son complexe piscine-patinoire. Une décision fondée sur un rapport alarmant rendu quelques jours auparavant par le bureau d’ingénierie Ginger CEBTP, assisté d’Exp’Bois, un autre bureau d’études spécialisé dans la charpente bois. Ce diagnostic effectué en plusieurs étapes indiquait un état de corrosion avancé des pannes et des rotules métalliques. Autrement dit, la structure menaçait de s’effondrer ou de perdre certains de ses éléments sur le public.

Baignant dans un milieu agressif (froid, humidité, chlore), le Nautilud a subi les outrages du temps, puisqu’il a été construit dans les années 1960 selon un procédé novateur à l’époque : la charpente en lamellé-collé. Des interventions ultérieures semblent en outre avoir fragilisé le bâtiment, comme ces travaux d’étanchéisation et d’isolation de la toiture qui ont eu pour effet de multiplier le poids de celle-ci par deux.
La municipalité avait plusieurs options : démolir le Nautilud et le reconstruire à un autre emplacement, le reconstruire sur site ou le réhabiliter. C’est cette dernière solution qui a été retenue. Selon une première estimation, la facture des travaux se situerait entre 20 et 25 millions d’euros et le chantier devrait durer trois années.
Cette charge imprévue pour la Ville a provoqué des dommages collatéraux : ne pouvant pas, financièrement, mener de front plusieurs opérations de cette importance, la commune a décidé de repousser de deux ans la construction du nouveau musée des Beaux-Arts, qui devait démarrer en 2015.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X