Edito Coup de griffe

Le naming, c’est fantastyk


Le journaliste ès architecture et/ou immobilier tremble ces jours-ci, et sa plume avec. Sa rédaction en chef, ses lecteurs et, avec eux, toute l’Académie française ne vont-ils pas finir par s’exaspérer de son apparente propension à manier des anglicismes et de son orthographe défaillante ? Ça n’est pourtant pas sa faute si l’actualité l’amène à évoquer la tour Home, les bureaux Most et le centre commercial Steel. Des projets qui, au moins, affichent des noms à l’existence avérée, non pas par le « Petit Robert » mais par le « Robert & Collins ». En revanche, on ne peut se réfugier derrière aucun dictionnaire pour jurer qu’il n’y a pas erreur sur les programmes Eqho, Ycone, Rezo ou Artyst. Du sabir ? Non, mieux : du naming !

Ce qui à l’origine relevait du mécénat et consistait à associer un nom de marque à une enceinte sportive est devenu l’art de nommer des produits en tout genre. Il a donc ses règles : « De préférence, le mot doit être court pour être facilement mémorisable et reconnaissable à l’international, explique Emmanuel Racca, qui dirige l’agence Nouveau Sens, spécialisée dans la création de marques. Mais voilà qui est de plus en plus difficile à trouver car, sur Internet, tous les noms de domaines de ce genre sont pris. » Du coup, les seuls mots encore disponibles, et pour cause, seraient ceux qui n’existent pas. Enfin presque… Ainsi, ycone.fr renvoie à une marque de vêtements de sport. Bref, le naming, c’est kool et magyk. Mais parfois, c’est kretin. Et puis un peu vain. Parce que ça n’empêchera jamais quiconque de dire : « Moi, j’habite dans le blockhaus près de la tour qui penche, derrière le machin rose. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X