Régions Tours

Le musée privé d’extension

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie - Rénovation d'ouvrage

Le musée des Beaux-Arts de Tours, qui envisageait de construire une nouvelle aile pour accueillir la donation Cligman – un leg de 1 200 œuvres réunies par un ancien industriel du textile (96 ans) et son épouse -, ne pourra finalement pas s’agrandir. Mandaté sur ce projet d’extension, l’architecte parisien Jean-François Bodin proposait d’accoler un bâtiment de 1 100 m2 à la perpendiculaire de l’ancien archevêché du XVIIIe siècle pour abriter à la fois la collection et de nouveaux espaces muséographiques. La Ville et les services de l’Etat ont travaillé à la révision du plan de sauvegarde, pour permettre l’obtention du permis de construire dans ce secteur protégé. Et les donateurs étaient prêts à financer les travaux, de l’ordre de 5 millions d’euros, à l’emplacement d’une partie des jardins à la française du musée et le long d’un mur gallo-romain.

Opposition des associations. Le projet, approuvé au plan local, a suscité une vive opposition des associations de protection du patrimoine. La Commission nationale des secteurs sauvegardés a finalement rendu un avis négatif sur ce dossier en novembre. L’extension n’aura donc pas lieu in situ , confirme la directrice régionale des affaires culturelles, Sylvie Le Clech. Mais cela « ne remettra pas en cause la donation ». Les services de l’Etat et de la Ville sont à la recherche d’autres solutions clés en main pour accueillir les œuvres sur d’autres sites de la Ville de Tours, assure-t-elle. Ils ont identifié « deux options » et devraient rendre leur décision « avant la fin de l’année ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X