Régions Nantes

Le musée Dobrée enfin prêt à reprendre son histoire

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie

Le concours de maîtrise d’œuvre pour la rénovation du musée Dobrée à Nantes (dont le maître d’ouvrage est le département de la Loire-Atlantique) vient d’être remporté par Jacques Pajot et Marc Iseppi de l’atelier Novembre. Accompagnés par une équipe pluridisciplinaire composée de Philippe Donjerkovic (architecte du patrimoine), Adeline Rispal (scénographie), Sempervirens (paysage), Oteis Isateg (TCE, OPC, économie, SSI et sécurité), J. -P. Lamoureux (acoustique), Innovision (multimédia), Temeloy (éclairages) et Chevalvert (graphisme, signalétique), les deux lauréats ont proposé un projet à l’ambition raisonnable. D’un coût relativement modeste (25 M€ TTC dont 15 de travaux), il repose sur l’usage public des jardins, la réhabilitation des bâtiments des XVe , XIXe et XXe siècles, et la création d’espaces nécessaires aux publics actuels. Il devrait offrir une meilleure lisibilité du site, à travers notamment une circulation différenciée entre visiteurs et riverains.

Une dimension paysagère forte. Le bâtiment Voltaire, complété d’une extension ouverte sur le parvis et la rampe de l’entrée principale, offrira les espaces accueil, administration, ateliers, boutique et restauration. Dédié aux expositions temporaires, le manoir de la Touche sera prolongé par un noyau vertical facilitant la circulation des œuvres et des visiteurs, tandis que le palais Dobrée sera, lui, consacré aux expositions permanentes. Seul matériau utilisé, l’acier oxydé renforcera la cohérence de l’ensemble. La dimension paysagère forte appuiera l’insertion urbaine, avec la requalification des abords et la création d’un nouvel accès pour une porosité supplémentaire. Une banquette végétale, une collection botanique et un jardin de quartier s’organiseront autour des bâtiments dans un mouvement en spirale.

Spécialisé dans l’archéologie, le musée Dobrée était fermé depuis six ans pour des travaux qui n’ont, en fait, jamais pu commencer, le projet d’extension imaginé à l’époque par Dominique Perrault ayant été retoqué à deux reprises par la justice. Le calendrier de ce nouveau projet est serré (démarrage des travaux en 2019, ouverture fin 2021), alors que le permis de construire est attendu pour juillet 2018. D’ici là, il faudra faire preuve de pédagogie. Une réunion publique est ainsi prévue le 18 septembre et des ateliers participatifs suivront.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X