Territoires Paris

Le musée de La Poste se rénove autour d’une « vitrine-totem »

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie - Service public

Au boulevard de Vaugirard (Paris XVe), le bâtiment du musée de La Poste sera entièrement restructuré dans deux ans. Les travaux de curage et de désamiantage en cours devraient se terminer à la fin septembre. Poste Immo, propriétaire, a voulu une « revalorisation complète » du bâtiment dû à l’architecte André Chatelin (1973). « L’édifice souffrait de problèmes d’accessibilité aux personnes handicapées, de difficultés de mise aux normes. Il était cadenassé par une façade aveugle et un manque de visibilité sur le boulevard », souligne Dang Tran, directeur adjoint de Poste Immo. En outre, les problèmes d’exploitation étaient de taille malgré les 162 000 visiteurs annuels, précise la directrice du musée, Mauricette Feuillas : « La configuration des lieux conduisait les visiteurs à parcourir les expositions temporaires en ignorant les collections permanentes. D’autres assistaient à des conférences à l’auditorium, au rez-de-chaussée, sans voir l’exposition ou le reste du musée. »

Puit de lumière structurant.

Ouverture sur la ville, valorisation des collections et de l’image de La Poste, accessibilité, incursion de la lumière, clarification du parcours muséographique, lisibilité des lieux, plaisir de la visite, tels sont les objectifs du projet HQE (5 000 m² sur R + 7) dû à Jung Architectures. Ce projet s’organise autour d’un élément architectural structurant, la « vitrine-totem ». « Du rez-de-chaussée au 4e étage, une grande verticale référente, vide et carrée (6 x 6 m), met en contact la galerie d’accueil (expositions temporaires et ateliers pédagogiques) et les trois plateaux des collections permanentes », explique l’architecte Frédéric Jung. Dans cette « vitrine-totem », des objets symboliques de l’histoire postale (par exemple, une malle-poste) seront suspendus. Ce puits de lumière suggérera aux visiteurs fréquentant les expositions d’aller voir les collections permanentes présentées sur trois plateaux (niveaux 2, 3 et 4). Parallèlement, deux ascenseurs panoramiques ouvriront l’accès, au dernier étage, à l’auditorium et au café du musée pour une vue splendide sur Paris. Là encore, ces ascenseurs traversant les trois plateaux donneront aux visiteurs un aperçu des collections. La façade sur boulevard, repensée en partie basse pour y insérer l’ouverture de la galerie du musée, révélera la profondeur des nouveaux espaces intérieurs depuis le trottoir.

Alors que les consultations d’entreprises, hors désamiantage, se poursuivent, le chantier devrait démarrer début 2016. Cette même année, une autre consultation sera consacrée à la muséographie, pour une ouverture prévue à la rentrée 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : SCI Tertiaire, représentée par Poste Immo. AMO : Alamo. Architecte : Jung Architectures, mandataire. BET : Alto Ingénierie (HQE et fluides) ; Khephren (structures) ; Batiss (SSI) ; Avelac (acousticien). Entreprise : ATD (curage-désamiantage).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X