Régions Paris

Le musée Carnavalet entame un nouveau parcours

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie - Politique du logement - Vélo

100 M€ Investissement de la région pour tripler d’ici à 2021 le nombre de déplacements à vélo (actuellement : 650 000 par jour).

24,90 €/m2 Prix moyen auquel se sont conclues les relocations d’appartements à Paris en 2016 (stable sur un an).Source : Olap.

34 Nombre de sites figurant dans l’appel à projets Réinventer Paris II, consacré aux sous-sols parisiens.

Entièrement vidé de ses 600 000 œuvres et objets d’art, le musée Carnavalet (Paris IIIe ) fait l’objet d’une restructuration muséographique qui commence début juin par les premiers travaux de curage. C’est une nouvelle ambition pour ce musée situé dans deux entités principales : l’hôtel Carnavalet et l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau. « Marquée par des ruptures, l’ancienne présentation s’arrêtait à la mort de Marcel Proust (1922). Notre objectif : construire un parcours chronologique complet jusqu’à nos jours. Ce cheminement appellera tous les arts, alors que la dominante précédente était faite de peintures et d’objets d’art », explique la directrice du musée, Valérie Guillaume. Il faut donc repenser et fluidifier la visite, ménager des focus et mettre en valeur tous les aspects de la collection.

Rénovation partielle du clos-couvert. « La visite commencera au niveau zéro par une section d’introduction relatant l’histoire architecturale des bâtiments et passera par l’exceptionnelle cave aux squelettes (XVIe siècle), redécouverte, puis remontera dans les étages en épousant les contraintes des lieux », décrit la scénographe Nathalie Crinière. Le parcours s’assouplit, grâce à des chemins de traverses et des échappatoires, qui permettront aux visiteurs d’accéder directement aux différentes thématiques. La nouvelle organisation des flux autorisera l’accueil de 1 388 personnes en même temps, contre 625 auparavant.

La mise en place de ce nouveau cheminement se double d’une opération de rénovation partielle du clos-couvert, notamment sur la partie Carnavalet : restauration de la façade de l’hôtel de Ligneris, restauration partielle de la façade de la cour des Drapiers, reprise de toitures. « La formule retenue d’un accord-cadre mono-attributaire de soixante mois avec marchés subséquents favorise un dialogue avec le maître d’ouvrage et une souplesse de travail en fonction des urgences des chantiers à venir et des budgets disponibles », souligne l’architecte en chef des monuments historiques François Chatillon. Le cœur du chantier est bien ce nouveau parcours muséographique, avec une réouverture rapide du musée, auxquels s’ajouteront, le cas échéant, d’autres travaux de restauration de façades.

Dans la nouvelle organisation, on entrera dans le musée par la cour Louis XIV (qui était jusque-là la sortie). Est également prévu l’aménagement d’un centre de ressources, de trois ateliers pédagogiques, de deux salles de consultation des œuvres, d’une salle de conférences et de deux niveaux de réserves. Le chantier devrait durer deux ans à partir de ce printemps pour une réinstallation des objets à l’été 2019 et une réouverture à la fin 2019 ou au début 2020. Objectif : accueillir 600 000 à 700 000 visiteurs par an contre 450 000 avant ces travaux.

Maîtrise d’ouvrage : Paris Musées avec Ville de Paris (MOD).

Maîtrise d’œuvre : François Chatillon-ACMH (architecte mandataire), Snøhetta (architecte associé), Nathalie Crinière (scénographe), Igrec Ingénierie (BET), Acoustique Vivié & Associés (BET acoustique), François Philippe (économiste). Durée : 2 ans. Coût : 47,6 M€ TDC.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X