Architecture Technique Génie climatique

Le module thermique d’appartement fait son entrée

Mots clés : Chauffage - froid - Equipements techniques et finitions - Politique du logement

Le système hydraulique permet d’individualiser la gestion du chauffage et de décentraliser la production d’eau chaude.

Le mois d’avril fut animé pour Atlantic. Non content de mettre sur le marché deux gammes de chaudières murales au gaz, le constructeur d’équipements de génie climatique annonçait qu’il reprenait la distribution française des modules thermiques d’appartement (MTA) du groupe suédois Alpha Laval. Ces équipements seront disponibles à partir de juillet.

La manœuvre commerciale d’Atlantic témoigne de l’intérêt croissant de la filière pour les MTA. Dans un immeuble résidentiel équipé d’une chaudière collective, ce système hydraulique individualise la gestion du chauffage et dote chaque logement d’une production d’eau chaude sanitaire (ECS) instantanée. Il prend la forme d’un coffret rempli de tuyaux et de vannes qui s’installe dans l’appartement. Le boîtier est relié à la fois au ballon tampon de la chaufferie, au réseau d’eau froide du bâtiment, ainsi qu’aux circuits de chauffage et d’ECS du logement.

S’affranchir des contraintes sanitaires.

Quand un occupant souhaite chauffer son appartement, son thermostat d’ambiance commande une vanne dans le MTA. Celle-ci ouvre la liaison entre le ballon et les radiateurs. Si un habitant prend une douche, une partie de l’eau chaude provenant du ballon est orientée vers un échangeur de chaleur continu dans le dispositif. Elle y transfère ses calories à l’eau froide du réseau. L’ECS ainsi produite alimente la salle de bains. « Le recours aux modules thermiques d’appartement évite les contraintes sanitaires liées à la production d’eau chaude sanitaire centralisée. Il ne requiert pas d’évacuation des fumées. Par ailleurs, le nombre de colonnes d’eau est réduit de 5 à 3. Enfin, il peut contenir des compteurs d’énergie thermique et d’eau », explique Benoît Smagghe, directeur des applications et de la réglementation de Comap France, fabricant du MTA.

Ce moyen de comptage a séduit l’Usine d’Electricité de Metz (UEM), le gestionnaire du réseau de chaleur de la préfecture de Moselle. Il propose des prescriptions de MTA aux futurs raccordés. Dans le quartier du Sansonnet, les 43 logements collectifs de l’opération Natura en seront équipés à la fin 2017. « L’installation de ce produit est envisageable sans surcoût important pour des ensembles de 50 à 70 logements, observe Philippe Michel, directeur technique régional de Bouygues Immobilier chargé du projet. Dans ce cas, un ballon tampon n’est pas nécessaire. Le réseau de chaleur fait office de stockage. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X