Edito Coup de griffe

Le milliard ! Le milliard !

Connaissez-vous la dernière ? Une devinette… « Prenez trois salariés payés au Smic en France : un Polonais, un Espagnol et un Français. Quel est celui qui coûte le moins cher ? Réponse : le Français ! » Telle est la conclusion d’une très sérieuse étude de la direction générale du Trésor (1). Mais comment les experts de Bercy ont-ils fait leurs comptes ? Ils ont commis une faute de goût, que font peu de donneurs d’ordres : tenir compte de la loi. C’est donc prouvé, le travail détaché n’est rentable qu’à la condition de faire dormir des ouvriers sous-payés sur des paillasses, les nourrir de sandwiches d’autoroutes et leur faire faire les travaux les plus acrobatiques, dimanches et jours fériés compris.
N’empêche. Les pouvoirs publics réagissent. Du fait de l’explosion des salariés détachés (+ 25 % en 2015, à 286 025 personnes), le nombre de contrôles de l’inspection du travail est passé à plus de 1 500 chaque mois en 2015. En 2016-2018, l’objectif est de maintenir ce rythme. Notre « arsenal législatif » est en passe d’être une fois de plus renforcé. Après les lois Savary et Macron, le projet de loi El Khomri veut dompter maîtres d’ouvrage malfaisants et boîtes d’intérim véreuses. Et ce n’est pas tout : au niveau européen, la directive « détachement » est en cours de révision. Bref, nous sommes en guerre !
Pourtant, à la lumière de l’étude précitée, on se dit qu’il n’y a aucune nouvelle loi à rédiger, aucun texte à réviser. Il y a juste une réglementation en vigueur à faire respecter en multipliant les contrôles et, surtout, en distribuant des amendes assez lourdes pour inquiéter même des groupes richissimes. Un exemple ? Celui de l’Autorité de la concurrence, qui a généreusement distribué 1,2 milliard d’euros de sanctions en 2015. Appliquez cette méthode au travail détaché, je pronostique un franc succès. Le nerf de la guerre est là, cent nouvelles lois n’y changeront rien. Le milliard ! Le milliard !

(1) Pour en savoir plus www.lemoniteur.fr/detachement

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X