Territoires

Le Mans Novaxud cherche de nouveaux opérateurs

En stand-by depuis sa présentation début 2014, Novaxud, l’opération de réhabilitation de l’ancien hôpital psychiatrique Etoc-Demazy, situé dans le quartier de la gare sud du Mans, « se décante », selon l’expression d’Antoine Pillot, P-DG d’Artprom. Le promoteur tourangeau pilotait l’intégralité du programme conçu par le cabinet Vasconi Architectes, avec Architour au Mans, jusqu’à ce que la ville décide de lui retirer son exclusivité, faute d’avoir mené à bien les diverses commercialisations dans les délais impartis.

Depuis, le projet initial a subi quelques évolutions. L’espace intergénérationnel prévu dans les anciens locaux hospitaliers (10 000 m2) est remis en cause par l’annulation de la création d’un Ehpad, qui se fera finalement au sud du Mans. « Il convient de trouver d’autres usages à ces bâtiments », indique Antoine Pillot. Un compromis a été signé avec Histoire & Patrimoine, filiale d’Altarea Cogedim, qui va acquérir la moitié du bâtiment pour le transformer en une soixantaine de logements « plutôt haut de gamme », précise le promoteur. Le deal devrait être bouclé à l’été 2016 et le chantier lancé en fin d’année, en vue d’une livraison à la mi-2018. Par ailleurs, Artprom relance la commercialisation de deux programmes de bureaux qui auraient dû être livrés en 2015, à savoir le Biner-Breuer-Cade (10 800 m2) et le Dolto (5 600 m2). « Le retard provient de la conjoncture économique défavorable, entraînant des défaillances d’entreprises, et de l’important stock de bureaux anciens disponibles au Mans, argue le promoteur. Nous lancerons donc des tranches plus petites, de 3 000 m2 à 4 000 m2 maximum. »
Un projet de centre des affaires. La ville, de son côté, compte sur l’arrivée d’Histoire & Patrimoine pour attirer de nouveaux promoteurs. « Les projets ne doivent pas être contraints par le plan initial », prévient Jean-Claude Boulard, sénateur-maire du Mans. Un projet de centre des affaires est dans les cartons. « Des études sont en cours pour évaluer la viabilité économique d’un équipement proche de la gare TGV, confirme le maire, mais la concurrence sur ce type de marché est vive. » L’idée serait de doter la ville d’un centre des congrès avec des espaces d’expositions et un complexe hôtelier. Décision d’ici à la fin de 2016.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X