Territoires Châteauroux

Le groupe Guignard métamorphose le centre-ville

C’est l’un des projets phares de la préfecture de l’Indre. Initié à la fin des années 2000, le projet Cœur d’Agglo vise à transformer en profondeur le centre-ville de Châteauroux. « Notre volonté est d’assurer un renouveau économique en retrouvant des cellules commerciales qui soient accessibles aux handicapés, aménageables, fonctionnelles et avec une grande superficie », explique le maire Gil Avérous.

Pièce maîtresse de ce puzzle : l’ensemble immobilier Exelmans. Une résidence de 26 logements, 840 m2 de bureaux, 100 places de parking en sous-sol, 2 700 m2 de commerces de rez-de-chaussée (dont H & M qui s’installera sur 2 000 m²) et une nouvelle place vont remplacer une ancienne galerie commerciale et des friches, détruites en 2011. « Nous avons investi 6,5 millions d’euros dans l’opération pour le rachat de 54 propriétés, leur démolition, les fouilles archéologiques. Nous avons alors vendu la parcelle en terrain nu au groupe Guignard avec un cahier des charges, une concession d’aménagement et l’assurance d’avoir H & M comme locomotive », poursuit l’élu qui ajoute que des aménagements « de qualité » seront réalisés autour de l’îlot.
Avec l’architecte Jean Bodin et le bureau d’études Defretin, le groupe Guignard (73 millions d’euros de chiffre d’affaires, 140 salariés) a concocté un programme sur mesure autour du concept du « village sur le toit » avec, au-dessus des commerces, des logements et des terrasses végétalisées desservies par des passerelles métalliques. « Nous avons mobilisé 15 millions d’euros HT en fonds propres dans cette opération où nous sommes à la fois constructeur et promoteur, déclare Gilbert Guignard, président du groupe familial. Le projet a été bâti autour des exigences d’implantation de H & M dont le loyer sera indexé sur son chiffre d’affaires. » Le laboratoire d’analyses médicales Lescaroux, voisin de l’îlot, s’est porté acquéreur d’une grande partie du nouveau bâtiment en R + 4. « Cela nous a permis de sécuriser et de démarrer l’opération », reconnaît le chef d’entreprise.
Lancé à la fin 2014, le chantier avance bon train. Les contraintes liées au site (hyper-centre, dénivelé de 4,5 m…) ont conduit le constructeur à privilégier la préfabrication. « Les poteaux, poutres, prémurs et escaliers sont réalisés en temps masqué chez LB7 Rector », explique Richard Loubier, directeur travaux de Guignard SA. En raison de la faible hauteur de sous-sol, la dalle a été réalisée selon la technique dite « champignon ». « Son intérêt est de supprimer les poutres. Il n’y a pas de retombées et les poteaux porteurs reprennent les charges de la dalle continue. Nous pouvons passer les réservations des futurs réseaux sous plancher où l’on veut », détaille Richard Loubier. Les élévations du rez-de-chaussée ont démarré courant avril et, à ce rythme, l’objectif de livrer H & M à la fin janvier 2016 et l’ensemble de l’opération en juin devrait être tenu. 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X