Enjeux

Le groupe GB bétonne son avenir

Mots clés : Béton - Concurrence

Né en 1998, le constructeur a bâti son succès sur la maîtrise du béton avant de diversifier ses compétences via des rachats.

L’Insa de Toulouse a formé une grande partie des hommes du BTP qui comptent aujourd’hui en Midi-Pyrénées. Bernard Gatimel, président du groupe GB, en fait partie. L’appartenance à ce réseau et une très bonne connaissance du terrain ont aidé l’homme – affable mais reconnu pour être un redoutable négociateur – à développer son groupe né avec la création de GBMP (Générale de bâtiment Midi-Pyrénées) en 1998, à Tournefeuille, dans l’agglomération toulousaine.

Après une courte incursion à Paris chez NGE à ses débuts, l’Albigeois est redescendu dans le Sud-Ouest. Pendant dix-sept ans, il travaille chez Bouygues où il gravit tous les échelons jusqu’à celui de directeur du bâtiment. Mais le changement de stratégie du groupe le pousse à voler de ses propres ailes. Il ne part pas seul. Christophe Palacin, aujourd’hui directeur administratif et financier du groupe, l’accompagne. Ils démarrent alors avec deux salariés. Très vite, GBMP en emploie 40. « Nous avons mis en œuvre ce que nous avions appris à faire, à savoir le béton et les ouvrages fonctionnels. J’avais un réseau développé, mais il fallait faire ses preuves. Airbus, Motorola, le CHU de Toulouse nous ont fait confiance », poursuit-il. Airbus fait d’ailleurs toujours partie des clients fidèles d’un groupe qui a grandi en partie par croissance externe.
En 2005, un promoteur propose à Bernard Gatimel de reprendre la Société aquitaine du bâtiment (SAB) que son fondateur voulait céder. Avec ce rachat, GBMP se diversifie dans la construction de logements. La croissance se poursuit avec la création de la société immobilière GB Immo, qui produit environ 150 logements en copromotion chaque année. En 2007, Bernard Gatimel rachète EMP (Etanchéité Midi-Pyrénées), pour « compléter l’offre en maîtrisant l’enveloppe du bâtiment ». Puis, entre dans le groupe une entreprise de menuiserie bois, rachetée alors qu’elle était en dépôt de bilan. La dernière acquisition s’est portée sur 3D Services, spécialisée dans le désamiantage, aujourd’hui adossée au pôle Environnement qui réunit un centre de tri des déchets du BTP et une entité de valorisation des métaux.
Aujourd’hui, le groupe est organisé en cinq pôles chapeautés par une holding dont le capital appartient à Bernard Gatimel, son épouse et ses deux fils, Pierre et Vincent, respectivement directeur du développement chez GBMP et directeur de GB Agencement. La diversité de ses activités et un bureau d’ingénierie interne font son succès et le protègent un peu de la crise. Le béton reste une marque de fabrique mais d’autres sujets intéressent Bernard Gatimel, tels les chantiers de démantèlement industriels. En parallèle, ce dernier a positionné son groupe sur des opérations de démolition-construction et des marchés de conception-réalisation.
Bernard Gatimel a de l’ambition mais elle reste régionale, même s’il ne s’interdit pas de réaliser, ponctuellement, des chantiers en dehors de la région Midi-Pyrénées.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X