Régions Toulouse

Le groupe Betem se développe à l’export

Avec la création, dès cette année, de Betem International, une filiale dédiée à l’export, le groupe d’ingénierie Betem, basé à Toulouse et présent sur onze sites en France métropolitaine plus un bureau en Guyane, affirme sa volonté de poursuivre le développement d’un secteur, environ 10 % de son activité, avec des interventions dans une dizaine de pays en Afrique, Asie, Amérique du Nord et du Sud et dans les pays de l’Est. Une stratégie articulée sur un partenariat avec des structures locales d’ingénierie ou, à l’exemple d’Astrium pour une base d’intégration satellites au Kazakhstan, avec des donneurs d’ordres français présents dans ces pays, soulignent Vivian Peauger et Philippe Mercier, les dirigeants de Betem Ingénierie. « Nous voulons, à moyen terme, obtenir une dimension suffisante en nous appuyant sur un développement à l’export raisonnable et pérenne, avec un objectif de 30 % de notre activité d’ici à cinq ans. »

Cependant, la stratégie de développement de Betem Ingénierie, spécialisé, à l’origine, dans le bâtiment, le génie civil et les TP, qui élargit désormais son champ de compétences au conseil en maîtrise d’ouvrage, passe aussi par une politique de croissance externe au plan national.

Se diversifier en France

Après le rachat en 2013 du bureau d’études en bâtiment strasbourgeois FGI et du groupe toulousain Chapelle, spécialisé dans la géolocalisation des réseaux et les systèmes d’information géographique (SIG), Betem prévoit de s’installer à Lille à travers la reprise d’une structure locale d’ici à la fin de l’année. « Un déploiement qui se justifie par la nécessité d’aller chercher des marchés au-delà de Midi-Pyrénées qui représente aujourd’hui 45 % de l’activité contre 90 % il y a dix ans », expliquent les dirigeants. En parallèle le groupe Betem se diversifie sur des segments complémentaires. En se rapprochant, par exemple, de structures spécialisées dans l’étude sur les matériaux ou l’étude des sols. Betem Ingénierie investit par ailleurs dans la R & D. A l’ordre du jour, un projet concernant une modélisation intégrant l’environnement urbain dans les calculs performentiels, en liaison avec les écoles d’architecture de Nantes, Versailles, Strasbourg. Pour 2014 le groupe Betem, 200 salariés, table sur un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros contre 17 millions en 2013.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X