Régions Lyon

Le gros œuvre du bâtiment H dans les temps à Edouard-Herriot

Mots clés : Gros oeuvre

La construction, au cœur du centre hospitalier Edouard-Herriot, du futur plateau technique, bâtiment ultramoderne conçu par l’architecte Michel Rémon, respecte bel et bien le planning initial. La phase de gros œuvre arrive aujourd’hui à son terme. D’une surface de 18 000 m2 , le bâtiment H regroupera tous les blocs opératoires, les services de réanimation, l’imagerie d’urgence et interventionnelle. Erigé au milieu des 22 pavillons construits en 1933 par l’architecte Tony Garnier, le bâtiment H respecte les gabarits et le rythme du plan-masse existant et conserve le vocabulaire architectural. Un travail de conception mené en étroite collaboration avec les Hospices civils de Lyon (HCL), maître d’ouvrage de l’opération, et l’architecte des Monuments historiques François Chatillon.

Compact mais lumineux. « Le bâtiment de 100 m par 50 m n’est pas découpé, rappelle Michel Rémon. L’architecture est compacte et respecte la même texture de matériaux que celle du site. » Une compacité qui n’altère en rien l’entrée de lumière. « J’ai dessiné des fenêtres dans les murs comme Tony Garnier le faisait, souligne le concepteur. Les façades au sud bénéficieront de larges ouvertures. Grâce à des retraits de façade, la lumière naturelle pénétrera dans le bâtiment. » Deux patios intérieurs de 8 m de hauteur sous plafond, imaginés comme des « atriums vitrés » permettront au personnel soignant de disposer d’espaces de vie et de convivialité baignés de soleil. La lumière pénétrera au sous-sol, grâce à des cours anglaises côté nord. Chargé de requalifier les espaces extérieurs du site, Michel Rémon interviendra avec le paysagiste Frédéric Reynaud pour restituer « l’hôpital-jardin », tel que l’avait imaginé Tony Garnier. « La reconquête des espaces publics se fera grâce à la création de 180 places de parking souterrain et à la réorganisation des circulations en surface », précise Michel Rémon.

La fin des travaux est attendue en juin pour une livraison à l’automne. Dans le cadre de la modernisation de l’hôpital, les HCL entreprendront d’autres travaux comme la réhabilitation, à l’horizon 2018, du pavillon N. L’investissement de cette première tranche s’élève à 120 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X