Autres Travaux publics

Le Grand Troyes rend ses routes communicantes

Mots clés : Réseau routier - Travaux publics

Dans le cadre du renouvellement de son poste central de régulation du trafic, l’agglomération du Grand Troyes (Aube) a décidé d’abandonner ses anciens systèmes, devenus obsolètes, pour mettre en œuvre de nouveaux dispositifs sans fil de détection de véhicules. « Il s’agit de magnétomètres communicants, qui se présentent sous la forme de boîtiers cylindriques de 5 cm de diamètre et de 5 cm de haut, dont la mise en œuvre n’exige pas de travaux de génie civil. Seul un carottage dans la chaussée, réalisé en une quinzaine de minutes, suffit », indique Ludovic Broquereau, directeur marketing et commercial du fabricant Hikob. Placés entre 0,5 et 1 cm sous la surface de la chaussée et scellés avec de la résine polyuréthane, les magnétomètres mesurent les variations du champ magnétique terrestre dues aux passages des véhicules. Via un algorithme, le capteur convertit ensuite ces variations en informations qui sont transmises au poste central de régulation du trafic, grâce à un réseau radio local, puis une connexion Internet. « Les gestionnaires du réseau routier obtiennent ainsi, en temps réel, des données sur le débit et la vitesse du trafic automobile mais aussi sur le taux d’occupation des voies », explique Ludovic Broquereau.

Double fonctionnalité.

Le Grand Troyes a également voulu étendre la collecte d’informations à l’acquisition de données météorologiques routières. « Nos capteurs sont dotés d’une double fonctionnalité : ils peuvent être paramétrés pour collecter à la fois des données de régulation de la circulation et des températures à la surface de la chaussée », confirme Ludovic Broquereau. En renseignant les services de viabilité hivernale de l’agglomération sur le point de rosée, le système permet d’anticiper les opérations de salage lors des épisodes neigeux ou de verglas.
En outre, Hikob a dû répondre aux contraintes fixées par le cahier des charges du Grand Troyes : rendre compatibles ses capteurs avec le protocole communicant Diaser (Dialogue standard pour les équipements de régulation de trafic, comme les carrefours à feux) utilisé par le logiciel de gestion du trafic de l’agglomération. Au total, plus de 150 capteurs ont été déployés en des points stratégiques du réseau.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X