Territoires Lyon

Le Grand Hôtel-Dieu entame sa reconversion

Après le stade des Lumières, c’est un autre chantier d’envergure qui commence en plein cœur de Lyon. Le Grand Hôtel-Dieu, propriété des Hospices civils de Lyon, se prépare à quarante-trois mois de travaux (1). Une reconversion conduite par le groupe Eiffage, par le biais d’un bail à construction d’une durée de quatre-vingt-dix-neuf ans, signé en décembre 2014. Le monument historique, implanté dans une zone inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, accueillera, en 2018, un hôtel Intercontinental 5 étoiles de 143 chambres (13 500 m2) dont l’entrée débouchera sous le Grand Dôme, un centre de convention de 2 700 m2 géré par l’hôtelier, un pôle tertiaire de près de 14 000 m2, des commerces, des restaurants… Un projet de 51 500 m2 au total, dont 40 000 m2 de surfaces réhabilitées et reconverties, confié aux architectes Albert Constantin et Claire Bertrand (AIA Associés) et Didier Repellin, architecte en chef des Monuments historiques.

Jusqu’à 800 compagnons mobilisés.

Tout l’enjeu de cette reconversion sera d’adapter ce patrimoine exceptionnel aux besoins du programme. « Nous sommes allés très loin dans ce travail de remise à niveau », souligne Michel Chenevat, directeur régional d’Eiffage Construction Centre-Est. Ainsi, 15 000 m2 de toitures seront restaurés, 40 000 m2 de façades remises en valeur, les dalles extérieures conservées…

Une fois achevée, cette reconversion atteindra une certification de performance environnementale Breeam, niveau « Very good ». Les travaux mobiliseront 400 compagnons en moyenne – jusqu’à 800 en période de pointe – et une équipe d’encadrement de 45 personnes ainsi que trois grues, dont une qui culminera à plus de 80 mètres. Le projet comprend la création de huit points d’entrée, contre un seul aujourd’hui, et redonne au public l’accès à 8 000 m2 de cours, jardins et galeries, dont un passage protégé d’une verrière. De son côté, la Ville réhabilitera les rues voisines et le quai Jules-Courmont.
Si Eiffage mène les travaux de reconversion, le groupe n’a pas vocation à gérer le programme. Une fois les travaux achevés, le bâtiment devrait passer dans les mains d’un investisseur, qui semble d’ores et déjà trouvé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Coût de l’opération non communiqué.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X