Territoires Strasbourg Eurométropole

Le grand bond en avant du logement

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Plus que jamais, l’habitat est le moteur de la construction à Strasbourg. Sans prétendre à l’exhaustivité, « Le Moniteur » recense 20 tranches de plus de 100 unités chacune, dont le chantier doit débuter entre mars prochain et début 2018, représentant un total de plus de 5 000 constructions.

Cette profusion devrait permettre à l’Eurométropole de remplir sans difficulté son objectif : garder le rythme de 3 200 logements neufs par an atteint depuis 2010, première année d’application de son dernier programme local de l’habitat (PLH). Alors qu’elle vient de prolonger pour trois ans ce document cadre arrivé à échéance fin 2015, la collectivité ajoute cependant des ambitions qualitatives, signe qu’elle estime l’offre encore perfectible. « Nous souhaitons une plus grande diversité des formes urbaines – grâce au logement intermédiaire -, le développement de l’accession sociale sécurisée – qui n’atteint pas encore ses objectifs de volume -, l’adaptation des programmes aux personnes âgées, aux jeunes actifs et aux étudiants, mais aussi aux familles par la reconstitution d’une offre d’habitat individuel », précise Syamak Agha Babaei, vice-président habitat de l’Eurométropole.

Plus de diversité.

Aménageurs et promoteurs ont entendu le message. Aux Rives du Bohrie, à Ostwald, « la seconde tranche de 330 logements comprendra des maisons en bande et de l’habitat intermédiaire, ce qui n’était pas le cas de la première », annonce Nicolas Thévenin, chargé d’affaires chez CM-CIC Aménagement foncier, co-aménageur avec Nexity Foncier Conseil. La nouvelle série de réalisations réunit Bouygues Immobilier, SNI, Batigère et Habitat de l’Ill, pour une mise en chantier progressive à partir du printemps. Les dernières phases prévues à moyen terme ajouteront 600 logements environ.

A Eckbolsheim, l’Eurométropole, accompagnée d’Amélogis, a attribué en janvier les 350 logements de la ZAC Jean Monnet aux promoteurs Alcys, Cogedim, Immobilière Vauban et Pierres & Territoires de France-Alsace (PTFA) associés au bailleur Habitation moderne et à la nouvelle structure d’accession sociale Strasbourg Eurométropole Accession. « Le découpage en neuf lots apportera la diversité des formes (individuel groupé, intermédiaire, collectif de R + 2 à R + 5) ainsi que la variété des tailles et typologies de logements nécessaires pour répondre aux demandes des différents publics, notamment des jeunes », estime Christophe Glock, directeur général de PTFA. Aux Prairies du Canal, à Illkirch, la SEM d’aménagement Sers reste fidèle à son habitude de répartir une vaste assiette foncière (1 200 habitations à terme) entre de nombreux promoteurs régionaux. Un « gage de diversité architecturale », selon son directeur général Eric Fullenwarth. Les travaux des 300 premiers logements démarrent ce printemps.

Rééquilibrage géographique.

L’exécutif communautaire émet un autre vœu : que l’offre de logement se rééquilibre vers le nord de l’agglomération, dont plusieurs communes se trouvent en déficit d’habitat social au regard de la loi SRU. Déjà en chantier ou encore en préparation, les nouveaux lotissements de la Sers à Vendenheim et Mittelhausbergen, ceux de La Wantzenau, ou encore la ZAC de Reichstett (450 à 500 logements développés par CM-CIC Aménagement foncier) commencent à l’exaucer.

Les promoteurs revendiquent leur capacité à répondre aux attentes publiques sans déstabiliser le marché. « L’objectif de prix maîtrisés demandé par la collectivité est réalisé : pour les 3 pièces et plus en résidence principale, la moyenne se situe à 3 000 euros/m2, relève Thomas Leclercq, président de la FPI Alsace-Lorraine. Et, malgré la forte demande des investisseurs, la part de l’accession reste à un très bon niveau de 45 %. » Aux Tanneries de Lingolsheim, qui programment 1 400 logements, ce taux grimpe à 70 % pour les appartements privés déjà livrés ou commercialisés, souligne son aménageur Nexity Foncier Conseil.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Le PLH garde le bon rythme

Le programme local de l’habitat (PLH) 2009-2015 est parvenu à son seuil visé de 3 000 constructions de logements par an. Il l’a même dépassé : la moyenne effective s’affiche à 3 200. Comme souhaité par l’exécutif communautaire, cette production se répartit à parité entre la promotion privée et l’habitat social. Robert Herrmann, président de l’Eurométropole, salue le « gros effort entrepris par la 1re et la 2e couronne, ce qui n’avait pas toujours été le cas par le passé ». Cette périphérie concentre 40 % de la production. L’agglomération renoue avec la croissance démographique : elle a gagné 7 180 habitants entre 2008 et 2013. « C’est un vrai retournement de tendance », souligne Robert Herrmann.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X