Réglementation

Le génie végétal réconcilie l’homme et la nature

Mots clés : Travaux publics

Les plantes offrent des matériaux adaptés à de nombreux ouvrages longtemps réservés au génie civil, à condition de maîtriser le génie végétal, détaillé dans la règle N. C. 1-R0.

Ne pas confondre rustique et grossier : le génie végétal exige des compétences empruntées à l’hydraulique, à la géologie, à la botanique, à la chimie, pour réaliser une grande diversité d’ouvrages aux fonctions multiples. Reflet de cette richesse avec ses 30 pages, ses 28 figures et sa bibliographie, la N. C. 1-R0 figure parmi les plus denses parmi la vingtaine de fascicules qui matérialisent les règles professionnelles rédigées par l’Union nationale des entreprises du paysage.

1) Les techniques

Tressage, clayonnage, fascines, palissades, caissons, filtres aérobies ou anaérobies : l’ingénierie végétale puise dans une large palette de techniques. Celles-ci s’accordent avec des végétaux implantés selon toutes les méthodes pratiquées par les professionnels du paysage : plantation, bouturage,...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 393 du 14/10/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X