Territoires Paris

Le feu passe au vert pour la tour Triangle

«La tour Triangle va enfin voir le jour. » Anne Hidalgo ne cachait pas sa satisfaction, le 30 juin, après le feu vert du Conseil de Paris au projet d’Unibail-Rodamco, rejeté une première fois en novembre dernier. La délibération relative au déclassement de l’assiette de la tour et à la signature d’un nouveau protocole financier a été adoptée par 87 voix contre 74, dont celles de six élus UDI qui se sont ralliés au projet, convaincus par les modifications apportées par le maître d’ouvrage. L’enveloppe du bâtiment, conçu par les architectes suisses Herzog et de Meuron, reste identique : un immeuble de forme triangulaire de 180 m de hauteur (42 étages) et développant 92 200 m2 de surface de plancher. Seule la programmation diffère : 10 000 m2 de bureaux (dont la superficie passe de 80 000 à 70 000 m2) sont remplacés par un hôtel 4 étoiles de 120 chambres (7 715 m2), des espaces de coworking (2 400 m2) et un espace culturel (540 m2).

Plus que sur les caractéristiques architecturales et programmatiques du projet, les attaques de l’opposition ont surtout porté sur ses modalités de réalisation. L’immeuble de grande hauteur (IGH) sera édifié sur une parcelle de 7 400 m2 située dans le Parc des expositions de la porte de Versailles (propriété de la Ville de Paris mais géré par Viparis) et mise à disposition du promoteur dans le cadre d’un bail à construction de 80 ans. En contrepartie, il devra s’acquitter de plusieurs redevances : l’une dite « initiale » de 8 millions d’euros HT (à la livraison de l’IGH) ; une redevance fixe de 2 millions par an et une redevance variable, le total des deux étant plafonné à 6,365 millions HT. Des conditions financières jugées trop avantageuses par Nathalie Kosciusko-Morizet, présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris. « Le résultat, c’est qu’on est plus proche de la tour de Pise, tellement cette tour penche en faveur d’Unibail et au détriment de la Ville de Paris », a-t-elle lancé. « En 2011, France Domaine avait indiqué que cette redevance devait se situer entre 2,2 et 3,2 millions d’euros. Au regard du calcul que nous avons adopté, nous sommes dans les clous », a rétorqué Jean-Louis Missika, l’adjoint à l’urbanisme.

Pas de livraison avant 2020.

Cette étape cruciale franchie, le calendrier du projet n’en reste pas moins assez flou : la révision simplifiée du PLU (plan local d’urbanisme) sur le secteur de la porte de Versailles n’est toujours pas définitive (les associations ont fait appel de la décision du tribunal administratif rejetant leurs recours contre la délibération) et le permis de construire, une fois délivré, devrait lui aussi être attaqué. « Les travaux pourraient démarrer fin 2016 ou début 2017 », espère Jean-Louis Missika. Une chose est sûre : la livraison n’interviendra pas avant 2020. La construction de la tour Triangle représente un investissement de 500 millions d’euros pour Unibail-Rodamco qui va, par ailleurs, injecter 500 millions sur dix ans dans la modernisation du Parc des expositions. « Dans le contexte de crise que nous connaissons, c’est une formidable chance pour Paris et le Grand Paris, s’est félicitée Anne Hidalgo. Je crois aussi qu’avec ce vote, nous avons fait tomber le tabou de la grande hauteur à Paris. » .

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X