Territoires Haute-Normandie

Le fait métropolitain à l’échelle du bassin de vie de Rouen

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Seule métropole du nord-ouest de la France entre Lille et Rennes, située qui plus est au cœur d’un ensemble portuaire de dimension européenne – les ports de Paris Seine Normandie (groupement d’intérêt économique Haropa) -, la Métropole Rouen Normandie, anciennement appelée « communauté de l’agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe » (Crea), a objectivement son rôle à jouer dans la dynamique de métropolisation qui s’est emparée de l’Hexagone. Alors que la future capitale régionale de la Normandie réunifiée accueille, en cette fin septembre, les 10e Rencontres nationales des SCoT (schémas de cohérence territoriale), l’Agence d’urbanisme de Rouen et des boucles de Seine et Eure (AURBSE) publie un livre (1) aussi pertinent qu’instructif sur le fait métropolitain rouennais, dont le propos tient compte de la réalité institutionnelle posée par la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, pour mieux la dépasser.

255 000 hectares, 700 000 habitants.

La dimension métropolitaine décrite dans ses quelque 200 pages est, en effet, celle qui anime un bassin de vie de 255 000 hectares et 700 000 habitants, constitué de quatre EPCI (la Métropole Rouen Normandie, la communauté d’agglomération Seine-Eure, le Pays du Roumois et le Pays entre Seine et Bray), chacune en charge d’un SCoT adopté récemment, qui porte la promesse d’un développement durable. Une zone géographique qui correspond également à l’espace des deux aires urbaines de Rouen et Louviers telles que définies par l’Insee.

« Le bassin de vie de Rouen, ce sont également près de 300 000 emplois qui confortent son poids dans l’économie nationale, explique Françoise Guillotin, présidente de l’AURBSE et vice-présidente de la Métropole Rouen Normandie. C’est aussi un territoire aux paysages multiples, avec une réelle identité naturelle et agricole. C’est enfin un espace ouvert sur le monde. Or, les forces économiques et le développement de l’habitat contribuent à étendre le rayonnement métropolitain et à tisser des liens dans cet espace en mouvement. Le fait métropolitain, c’est donc à la fois un fait économique, un fait social, et finalement un fait environnemental tant le mode d’organisation du territoire et des mobilités vient conforter ou consommer les ressources naturelles. »

Trois grands projets structurants.

Mobilisée sur la connaissance et l’analyse de ces réalités locales, l’AURBSE fait ici la synthèse des travaux qu’elle a conduits depuis cinq ans avec l’ensemble de ses partenaires. Le document qui en émane associe l’observation à l’expertise tout en portant un regard vers l’extérieur. Il a la qualité de proposer un point de vue, sans prétendre dresser un diagnostic exhaustif et définitif.

Particulièrement riche en cartes schématiques, l’ouvrage se penche encore sur trois grands projets structurants : l’aménagement de la vallée de la Seine, la construction d’une nouvelle gare ferroviaire sur le site de Saint-Sever et le contournement Est de Rouen. Toujours sous un angle qui mérite l’attention.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) « Le fait métropolitain, Bassin de vie de Rouen », Agence d’urbanisme et des boucles de Seine et Eure. Voir également sur le site de l’agence : www.aurbse.org

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X