Enjeux

Le duo BCS-Gherardi déploie ses atouts en béton

Mots clés : Béton - Gros oeuvre

Les deux sociétés alsaciennes conjuguent préfa et gros œuvre pour s’alimenter l’une l’autre ou vivre leur propre vie.

« Notre force, c’est ce site. » Parcourir avec Flavio Gherardi le siège de BCS et Gherardi à Richwiller (Haut-Rhin) fait toucher du doigt, ou plutôt de l’œil, le secret du maintien en forme des deux sociétés sœurs qu’il préside, respectivement spécialisées dans la préfabrication béton et le gros œuvre. Sur un vaste terrain de 17 hectares, les capacités de stockage totalisent plusieurs milliers de mètres carrés. Les deux centrales à béton, le pont roulant capable de manutentionner jusqu’à 80 tonnes, le bureau d’études aux portes de l’usine et les longs ateliers de préfabrication propices à de grands coffrages d’un seul tenant donnent au duo de PME familiales à la fois le confort de travail et la faculté de développer une offre intégrée.

Montée en gamme. L’intégration à la mode Gherardi présente plusieurs avantages. Elle fait travailler la société de préfabrication pour celle de gros œuvre et vice versa, tout en permettant à chacune de poursuivre sa dynamique propre… de sorte que l’une peut compenser toute baisse d’activité de l’autre. Depuis quelques années, l’entreprise de gros œuvre voit son chiffre d’affaires régulièrement baisser, pour atteindre 13,5 millions d’euros l’an dernier. En cause : le creux de la vague économique désormais long que traverse le Haut-Rhin, le débouché historique de proximité. A l’inverse, BCS suit une pente ascendante qui l’a amenée à 15 millions de chiffre d’affaires en 2015. Ensemble, les deux sociétés totalisent un effectif de 140 salariés.

140 salariés. 28,5 M€ de CA.

BCS est née en 1984 de la diversification de l’entreprise de gros œuvre, fondée dix-neuf ans plus tôt par le père de Flavio Gherardi. Sa création a d’ailleurs marqué le passage de flambeau entre les deux générations. Elle est devenue une valeur sûre du béton préfabriqué sous ses aspects les plus variés : poli, bouchardé, multiteinté, sérigraphié, etc. « Ce créneau nous donne la capacité de répondre, d’une part à des marchés plus lointains géographiquement et plus haut de gamme, d’autre part aux exigences les plus complexes d’architectes. Le dernier hall de 5 000 m2 , mis en service l’an dernier pour les façades architectoniques et les charpentes béton, consacre notre arrivée sur le terrain des ouvrages complets en préfabriqué », souligne Flavio Gherardi.

Goût pour l’innovation. Les bétons spécialement confectionnés à Richwiller se mettent en œuvre dans le Nord (plate-forme Amazon), dans tout le Grand Est (centre de maintenance EDF à Saint-Dizier en Haute-Marne), en Rhône-Alpes et en Ile-de-France. Ils se retrouvent colorés en noir (immeuble de bureaux Black Stone à Metz), revêtus de marbre de Thassos, prenant la forme d’arbres sur la façade de la future mosquée de Mulhouse ou support d’une double rampe hélicoïdale sur le chantier en cours du nouveau parking de l’aéroport Bâle-Mulhouse. Le duo de PME confirme son appétence pour l’innovation en mettant en œuvre son panneau-sandwich isolant, chasseur de ponts thermiques et objet d’un avis technique du CSTB.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X