Régions Alpes-Maritimes

Le département vote la clause Molière

Le 7 avril, le conseil départemental des Alpes-Maritimes a voté la clause Molière imposant aux entreprises retenues pour un marché d’employer des salariés parlant français ou de prévoir une prestation de traducteur. Par ailleurs, la part belle a été faite à l’insertion sociale pour tout marché dont le montant dépasse 200 000 euros HT : l’entreprise retenue devra compter au moins un équivalent temps plein par mois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X