Territoires Gironde

Le département s’engage sur la commande publique

Annoncer aux entreprises le montant et le calendrier de la commande publique est une vieille tradition des collectivités, parfois tombée en désuétude, au fil des budgets de rigueur. Cette année, la présentation menée au conseil départemental de la Gironde a été assortie d’une charte de la commande publique. Le président Jean-Luc Gleyze a présenté les grandes lignes de cette charte « au service de l’économie girondine et dédiée aux entreprises du bâtiment et des travaux publics ». Premier rappel : « En Gironde, la commande publique du département représente chaque année plus de 160 millions d’euros de dépenses. Plus de la moitié a bénéficié directement aux entreprises girondines en 2014. » Conscient qu’il faut passer le rabot sur tous les budgets, l’exécutif départemental a voulu faciliter l’accès de la commande publique aux PME et TPE locales. La charte prévoit notamment l’allotissement des marchés, des avances et garanties financières pour les entreprises, une simplification des démarches, une commande orientée vers l’achat durable et innovant. Et surtout, souligne le président du département, « une bonne application des règles des marchés publics : respect des délais de paiement, lutte contre les pratiques illégales ». Dernier aspect et non des moindres : informer en amont les organisations professionnelles des intentions d’achat.

51 millions d’euros pour les routes.

Côté infrastructures, le département compte 6 500 km de routes, 2 000 ouvrages d’art et 350 km de pistes cyclables. Ses achats vont de services (études environnementales) aux travaux d’aménagement en passant par la fourniture de matériel et d’équipements pour l’entretien du patrimoine routier. Le budget de 51,3 millions d’euros prévoit 41,6 millions en investissement et 9,7 millions en fonctionnement, qui génèrent des achats par le biais de marchés publics ou marchés à bons de commande. En légère hausse cette année, le budget d’investissement doit se stabiliser pour 2017 et 2018 autour de 41 millions d’euros. Cette année sont prévus 7,1 millions pour l’entretien courant (signalisation, réseau, ouvrages d’arts), 9,43 millions pour l’amélioration des chaussées (7 millions de bétons bitumineux et 470 000 euros d’enrobés coulés à froid) et 5,1 millions d’opérations ponctuelles de sécurisation (giratoires, aires de covoiturage, peinture…). A quoi s’ajoute la part 2016 du programme pluriannuel de modernisation des routes départementales qui s’élève cette année à 17,3 millions d’euros. S’y greffent les aménagements cyclables (1,3 million d’euros) et des comblements de carrières (Gardera, Pujols-sur-Ciron).

En ce qui concerne le parc, 3,9 millions d’euros iront à l’acquisition de véhicules et d’engins et à l’achat de granulat et carburant. Parmi les grands projets pour les quatre ans à venir : les déviations du Taillan-Médoc et de Fargues-Saint-Hilaire, la réhabilitation du pont Eiffel à Saint-André-de-Cubzac. Enfin, la charte de la commande publique donnera lieu à une évaluation annuelle sur son impact effectif sur les fournisseurs.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X